Déplier/replier le menu
Le jour où je suis devenue vigneronne en Afrique du Sud

SOWINE_Sud_Af

Parmi les cadeaux que j’ai reçus pour noël, en voilà un que j’ai trouvé particulièrement approprié : un compte ouvert sur www.mesvignes-sud-afrique.com qui me permet d’être locataire pour un an d’une parcelle de vignes en Afrique du Sud. Mon domaine : The Stables Wine Estate, dans la région des Midlands.

Je peux jour après jour observer l’évolution de ma parcelle, suivre l’élaboration de ma cuvée en direct, poser des questions à l’oenologue, voir la météo sur place… et d’ici quelques mois, je recevrai 10 bouteilles de vin du domaine, dont je peux d’ores et déjà personnaliser l’habillage à ma guise.

SOWINE_Vignobles_au_pied_de_la_Montagne_de_la_Table

Photo SD, DR

Au-delà de l’approche purement liée au vin, l’offre, gérée par l’Office du Tourisme d’Afrique du Sud, permet également de découvrir le pays via le site internet dédié, de participer à des événemments liés à « la nation arc-en-ciel » et de participer à un tirage au sort pour gagner un voyage sur place.

Certes, le concept de « cyber vigneron » n’est pas nouveau (cf. notamment ma note Crushpad vs MesVignes : rat des villes et rat des champs), mais tel qu’il est pensé ici, je le trouve particulièrement intelligent :

  • D’une part, il permet la découverte d’une région viticole et de vins encore méconnus des consommateurs français.
  • D’autre part, la clé d’entrée « cyber vigneron » est d’autant plus pertinente qu’elle sert ici de prétexte à une valorisation plus globale du pays et de ses différents atouts -ou comment gagner en efficacité en fédérant différents acteurs autour d’un objectif commun…
  • Enfin, il donne de fait clairement envie d’aller plus loin dans la découverte du pays et de passer quelques jours en Afrique du Sud… et à mon sens, l’offre est suffisamment bien pensée pour inciter au voyage aussi bien ceux qui ne sont jamais allés dans le pays que ceux qui ont déjà eu la chance d’y passer du temps, ce qui est mon cas.

Même si le site internet présente quelques bugs à la navigation, le concept m’a donc d’emblée séduite. Tout en étant consciente de la limite de l’exercice : à force d’être abonnée à des cyber concepts, j’ai de moins en moins le temps… d’y consacrer du temps. Et la dimension virtuelle de ce type de cadeau n’aide pas à se sentir véritablement investi sur le sujet, ce qui fut le cas pour moi ici : pour un cadeau offert il y a deux mois, et je n’avais jusque-là rendu que deux visites à ma parcelle.

Jusqu’à ce que je reçoive chez moi, il y a quelques jours, un cadeau de bienvenue, bien réel celui-là : un petit panier avec différentes spécialités culinaires du pays. Thé, liqueur, épices… de quoi me donner un avant-goût du pays… ou me rappeler d’excellents souvenirs. Et marquer le véritable début de mon investissement online sur le sujet.

SOWINE_Architecture_Cape_Dutch

Photo SD, DR

LIRE LA SUITE
L’agence SOWINE vous présente ses meilleurs voeux pour 2011 : une année PAS COMME LES AUTRES

2011

LIRE LA SUITE
Créativité publicitaire dans les spiritueux et les bières. Et les vins ?

SOWINE_lions

Comme chaque année, je profite du Grand Prix de la Publicité à Cannes pour vous proposer un panorama de la créativité publicitaire dans les alcools. Pour référence, retrouvez nos commentaires des éditions : 2007, 2008 et 2009.

Cette année encore, les bières tiennent le haut du pavé.

> Lion d’or pour le film publicitaire de la marque Victoria Bitter de Foster’s avec son défilé loufoque célébrant tous les types d’Australiens buveurs de VB, et les groupes auxquels ils appartiennent, comme les « hommes qui devraient avoir
lu les instructions » et naturellement les
« brasseurs » de la plus haute importance…

> Lion d’argent pour la saga Bud Light avec ses films hilarants sur le thème « pas trop lourd / pas trop léger… juste ce qu’il faut… »

> Lion de bronze pour les films Dos Equis qui s’appuient sur un personnage haut en couleurs : l’homme le plus intéressant dans le monde [The Most Interesting Man in the World = MIM], une figure sophistiquée dans des
costumes à la Hemingway naviguant dans des lieux exotiques et
intrigants qui engage les consommateurs à
vivre une vie plus trépidante !

> Lion de bronze pour le délicieux film Stella Artois Légère et son histoire de bateau pirate en papier.

> Moins attractifs selon moi, les spots de la bière australienne Tooheys New et le film « toast mondial » pour l’anniversaire des 250 ans de Guinness (lire aussi ma note ici) récompensés eux aussi par un Lion de bronze.

Autre faits marquants en hors-média/campagnes d’activation :

> l’initiative argentine Andes Teletransporter ou « Comment faire croire à votre copine/femme que
vous n’êtes pas en soirée ? » couronnée d’un Grand Prix.

> la très remarquable opération Auditorium pour Heineken en Italie à l’occasion du match de coupe UEFA Real Madrid vs AC Milan – voir le film détaillant l’opération ici – récompensée d’un Lion d’or.

> le programme très complet « 6 Beers of Separation » pour l’australienne Tooheys Extra Dry, Lion de bronze.

> et toujours pour Heineken en Italie, la campagne « Beer Gloss« , également Lion de bronze.

Dans cette année de vache maigre pour la catégorie ‘Alcoholic Drinks‘, seules les bières ont droit de cité : aucune marque de spiritueux au classement, à l’exception du site imheremovie.com et de l’excellent film I’M HERE pour Absolut qui tiennent surtout à la participation de Spike Jonze.

Quant aux vins, ils sont toujours les grands absents et parents pauvres du festival. Seule la catégorie ‘Design’, permet au projet  »The Vigneron Centenary Wine » de placer le mot ‘wine’ au palmarès

Il est par ailleurs intéressant de noter que la plupart des dispositifs récompensés valorisent certes leur dimension créative mais également leur caisse de résonance multicanale. Comme si l’unité de valeur parfois subjective d’appréciation s’était déplacée sur une unité d’appréciation plus objective : la viralité d’une campagne, mesurée par le nombre de commentaires/reprises sur les blogs, forums, facebook, youtube/dailymotion, – laquelle viralité est bien sûr très corrélée au storytelling. A quand le prix de la campagne la plus twittée ?

Je suis d’ailleurs convaincue que nombre des programmes attendus au palmarès en 2011 seront de plus en plus interconnectés avec les réseaux sociaux…

LIRE LA SUITE
Tendances de consommation : bio, local ou les deux ?

SOWINE-belorigine

A l’heure où Rayon Boissons annonce que les vins bios (entendus les vins disposant d’un label AB) ne représentent que 0,9 % des ventes annuelles de vins tranquilles en GMS hypers et super en France (via Iri France) -avec une croissance de +60% contre + 3% pour l’ensemble du marché tout de même-, j’apprends (via TNS Sofres) le lancement en Belgique en ultra-frais de Belorigine par le groupe Danone. Sous cette marque Belorigine by Danone : des yaourts et desserts ne contenant que des ingrédients liés à l’univers gastronomique belge, tous fabriqués en Belgique : yaourts à la cerise, au vrai sirop de Liège ; mousses et pudding au Spéculoos et bien sûr des références au chocolat belge. Bref, un parfait exemple de ‘Think Local, Buy Local ».

SOWINE-local-wines

Cette initiative m’interpelle à plus d’un titre s’agissant des nouvelles tendances de consommation, dans le vin comme dans les spiritueux. Si la vague des vins bios -qui fait beaucoup débat dans la filière- se poursuit avec une demande croissante. La prochaine vague sera-t-elle celle d’une consommation endémique orientée ‘locale’ – phénomène bien connu en France ? Voir, à ce titre, l’initiative de The Urban Wine Company à Londres (lire synthèse ici) qui propose aux londoniens de boire anglais (Cf. notre note sur la dégustation de vins anglais : « English Wine Tasting in Paris« ).

Ce qui m’engage à considérer cette question prospective : comment bâtir une marque mondiale en s’appuyant sur des sourcings locaux ?

SOWINE-TRU-Vodka

En effet, n’est-il pas plus environnementalement responsable d’acheter des produits locaux que des produits bios ayant traversé la planète ?

Une équation résolue dans les spiritueux par l’américain TRU Vodka qui intègre les deux dimensions : local et organique, avec un beau succès commercial au rendez-vous !

LIRE LA SUITE
Si une image vaut 1000 mots, combien de mots vaut une vidéo ?

SOWINE-Video-Wine-Marketing 

La publication de contenus vidéos sur le vin est en pleine
explosion sur le Web. Après l’engouement pour les blogs écrits, une nouvelle
famille de plateformes de communication prend actuellement son essor sur
Internet : les vlogs, ou video blogs.

Les
consommateurs, quant à eux, semblent vite avoir pris goût aux nouvelles
possibilités offertes par ce support de communication : selon le baromètre
SOWINE/SSI 2010 -lire ici-,
la présence de contenu vidéo arrive en 3e place des critères les plus recherchés par les internautes
lorsqu’ils visitent des sites de producteur, tout juste derrière l’ergonomie du
site et la qualité des images.

Le monde
anglo-saxon semble l’avoir bien compris depuis quelques années déjà. L’ami Gary
Vaynerchuk, dont j’ai déjà parlé ici, ici et ici
est bien évidemment une des
figures de proue du mouvement, proposant, en plus de son billet vidéo quotidien,
des dégustations en direct par l’entremise du site ustream
. Même les réputés magazines Wine Spectator et Decanter sont entrés dans la danse, avec des contenus vidéos qui
vont d’entrevues avec les vignerons aux dégustations commentées à des concours de vidéastes amateurs devant proposer une vidéo originale et
amusante liée au monde du vin.

SOWINE_VinomaniacTV

Du côté des
francophones, le train a mis plus de temps à se mettre en marche mais le
contenu qu’on y trouve n’en est pas moins intéressant. Que ce soit du
côté des sites marchands -notamment Millésima qui propose des visites vidéos
de plusieurs domaines
ou des amateurs -impossible de
passer à côté du vent de fraîcheur apporté par la Québécoise Aurélia
Fillion et ses chroniques Bu sur le Web-,
l’utilisation du média vidéo
permet de dynamiser et de revitaliser le discours sur le vin. Dans la même
veine jeune et énergique, soulignons les youwinecasts de youwineblog, ou encore le lancement récent de
vinomaniac.tv,
la première WebTV consacré
entièrement aux vins français et à destination d’un public international, majoritairement
anglophone. Ses deux créateurs, Sébastien Burel et Liz Foucher-Créteau, ont
sillonné la France viticole et proposent, en plus des dégustations
filmées au cours de leurs pérégrinations, de rencontrer des professionnels du
secteur, qu’ils soient vignerons, chefs ou amateurs passionnés.

SOWINE_bu-sur-le-web

Cela dit, les
réelles valeurs ajoutées amenées par la vidéo -possibilité de faire voyager le
spectateur, de livrer un contenu qui soit monté et édité pour lui conférer un
style impossible à instaurer à l’écrit, de proposer des rencontres humaines
plus vivantes- doivent obligatoirement être intégrées dans le contenu mis en
ligne, faute de quoi le rendu risque de tomber à plat. À cet égard, certains
ont encore des progrès à faire, notamment ces publications
qui, jusque là, n’utilisent la vidéo que pour redire tout haut ce qu’elles ont écrit déjà dans leurs pages.

Un mot au
passage sur Edonys -lire aussi ici-,
la chaîne de télévision
spécialisée sur le vin qui doit être mise à l’antenne d’ici la fin de l’année
2010. Si le CSA semble vouloir camper sur sa position de refuser le droit
d’émettre depuis la France, la volonté de traiter le sujet vin par l’entremise
de contenu vidéo demeure toujours aussi vive. Malgré les contraintes imposées
par la législation française, les tenants du projet se disent déterminés à émettre leur
contenu, quitte à le faire depuis d’autres contrées. Une aventure à suivre de près…

LIRE LA SUITE
Exclusivité : baromètre SOWINE / SSI 2010 dévoilé en avant première sur VINISUD

SOWINE_SSI_Vinisud

SOWINE présentera en avant-première les résultats du baromètre SOWINE/SSI 2010 lors de sa conférence sur internet et les nouvelles techniques de communication, mardi prochain 23 février sur le salon VINISUD. La première étude détaillant l’influence des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs de vin en France !

J’en ai déjà parlé récemment -lire ici- : en quelques années, la maîtrise des nouvelles technologies est devenue un véritable enjeu de communication pour les marques. Etudes chiffrées comme constats empiriques confirment chaque jour la place primordiale occupée par internet et les médias sociaux dans la vie des consom’acteurs.

Comment faire face à ces nouveaux enjeux et s’adapter à ces dispositifs de communication ? Quelles opportunités ces outils offrent-ils aux domaines et aux marques ? Comment développer sa notoriété et ses ventes via les nouveaux médias ? Le baromètre SOWINE / SSI brosse un panorama complet du sujet et apporte des réponses concrètes aux questions que chacun se pose sur les rapports entre les consommateurs de vin en France et les nouvelles technologies.

Pour toutes les réponses, rendez-vous mardi 23 février 2010 à 11h – Conférence « Internet et les nouvelles technologies de communication : une révolution pour le marketing et le commerce du vin » – VINISUD – parc des expositions de Montpellier.

LIRE LA SUITE
Meilleurs Voeux 2010 : DRINK DIFFERENT

Meilleurs Voeux SOWINE 2010

LIRE LA SUITE
The Gary Vaynerchuk Show – Live in Paris : le second épisode

Sowine_WineLibrary

Second épisode du ‘LIVE IN PARIS’ de Gary Vaynerchuk. N’hésitez pas à répondre aux questions du jour dévoilées ici…

Philippe-Alexandre

LIRE LA SUITE
The Gary Vaynerchuk Show – Live in Paris : un premier épisode qui nous tient en haleine…

Sowine_WineLibrary

Voici la vidéo du ‘Show-Man’ et performer Gary Vaynerchuk dans ses œuvres ! Nous avons eu la chance de le recevoir lors de son récent passage à Paris (Cf. notre note). Prenez la mesure du phénomène et partagez l’énergie incroyable de Gary avec votre réseau !

N’hésitez pas à répondre aux questions du jour qui seront dévoilées dans la deuxième partie… A suivre !

Philippe-Alexandre

LIRE LA SUITE
LEWEB’09 : vin et grandes tendances technologiques, un mariage heureux ?

SOWINE_LEWEB09

Après les grandes tendances et la présentation des allocutions les plus marquantes, voici une troisième note sur LeWeb09 et ses enseignements.

Avec une question subsidiaire d’importance : quels sont les liens possibles entre l’univers des vins & spiritueux et celui des nouvelles technologies ? N’est-il pas paradoxal de vouloir combiner le monde virtuel et les nouvelles technologies avec un produit qui, par nature, ne peut s’apprécier que par une dégustation empirique dans le monde réel ?

Comme déjà évoqué ici et ici, une des tendances identifiées réside dans le besoin d’humaniser les nouvelles technologies, notamment en incitant les internautes à doubler leurs activités en ligne d’actions concrètes dans le monde réel. A partir de là, le lien entre le monde du vin et les nouvelles technologies devient plus évident.

L’exemple de Taste Live est à cet égard plutôt probant : des amateurs de vins de partout dans le monde se donnent rendez-vous sur le site à un moment précis pour partager via Twitter leurs impressions sur une bouteille sélectionnée à l’avance par les organisateurs, qu’ils dégustent chacun de leur côté, mais qu’ils partagent ensemble « virtuellement ». Ce procédé utilise les réseaux sociaux comme un moyen efficace de créer un environnement de convivialité au sein duquel les amateurs peuvent se rencontrer et échanger.

Gary Vaynerchuk, encore lui, a aussi réussi à exploiter ce filon en proposant à la vente des « secret packs », qu’il déguste « en direct » via son blog vidéo avec les fidèles qui se sont procuré les bouteilles sélectionnées par ses bons soins. Les amateurs ont alors l’occasion de déguster les vins retenus en même temps que leur charismatique idole et ainsi comparer son palais aux leurs.

Plusieurs cavistes en ligne, à l’instar de 1855.com, proposent des soirées de dégustation pendant lesquelles ils présentent au public certaines bouteilles issues de leur catalogue. Une façon efficace d’exister dans le monde réel et de nouer avec ses clients des liens encore plus tangibles, pour un site qui entretient déjà avec ses clients des relations privilégiées via internet.

Autant d’exemples prouvant que la relation entre monde virtuel et réel est possible dans l’univers du vin. Les stratèges du marketing et de la communication ont bien raison de vouloir intégrer les nouvelles technologies à leurs outils pour toucher et séduire les consommateurs, à condition de garder à l’esprit que les produits se dégusteront toujours dans le monde réel : les nouvelles technologies doivent servir à enrichir cette expérience empirique de dégustation et non la remplacer.

Si cette ‘humanité’ est donc nécessaire, comme nous l’avons déjà indiqué dans nos billets Cas marketing et Livre blanc, nous pouvons donc affirmer que ces nouvelles technologies et le développement des réseaux sociaux jouent d’ores et déjà un rôle sensible et stratégique dans la relation des marques de vins et spiritueux avec leurs consom-acteurs.

Et si le retour sur expérience en France demandera encore un peu de temps, Il faut vite monter dans le train, même si c’est celui des lève-tôt… !

Philippe-Alexandre, SOWINE

LIRE LA SUITE