Déplier/replier le menu
Robert et Marcel : de l’audace, oui ! Du sens surtout !

Voici un focus sur ROBERT & MARCEL : la nouvelle image développée pour la Cave des vignerons de Saumur, née d’un travail collaboratif de deux années entre SOWINE et tous les vignerons de la Cave. Naming, plateforme de marque, mais aussi design packaging, site internet, supports de communication, vidéos, campagne de publicité, oenotourisme, événementiel : l’ensemble de nos expertises a trouvé un écho dans ce projet au long cours.ROBERTetMARCEL_logo

LIRE LA SUITE
Réseaux sociaux du vin : vive la rentrée avec L’Avis du Vin, la nouvelle source d’infos sur le vin

SOWINE-avis-du-vin-figaro

La question des réseaux sociaux du vin, leur émergence -et leur déclin voire disparition pour certains d’entre eux-, est un sujet que nous suivons bien sûr attentivement à l’agence et sur ce blog. Il est d’ailleurs intéressant de noter les évolutions constatées depuis mars 2009 et même juin 2010. Pourtant, le mouvement de fond reste le même : positionner une offre de contenus et de services online permettant de servir et satisfaire la recherche d’informations émanant des consommateurs et amateurs de vin, une dynamique que met parfaitement en évidence le dernier baromètre SOWINE/SSI 2011.

En matière de plateforme sociale et communautaire, les enjeux sont toujours les mêmes : recherche de la taille critique, tant de membres que de base d’informations, utiles, pertinentes et qualifiées. Et rares sont les élus. A titre de best practice, l’américain CellarTracker compte plus de 162 000 membres, revendique plus de deux millions de notes de dégustations rédigées par ses utilisateurs -soit plus d »un million de vins référencés- assortis de nombreuses contributions de professionnels aggrégés, comme Jancis Robinson par exemple. De ce côté de l’atlantique, le belge Vinogusto -qui vient de s’associer avec Addega- reste le pilier européen en terme de trafic avec une base comptant plus de 223 000 vins, 32 000 producteurs et marchands référencés pour 166 000 contributions.

Dans ce sillage, voici donc un petit nouveau très prometteur : L’Avis du Vin (aka ‘La Vie du Vin’) lancé officiellement la semaine dernière par le groupe LE FIGARO. Un projet au long cours avec un ticket d’entrée qui n’est pas à la portée de toutes les start-ups puisque le groupe a déjà investi 2 millions d’euros dans ce développement au sein de son pôle ‘diversification’.

Un modèle économique qui s’appuie sur deux sources principales de revenus : l’affiliation (à venir) avec des commissions perçues sur les ventes réalisées auprès de partenaires marchands affiliés et les rentrées publicitaires via une régie dédiée : C’Pages. Avec bien sûr une démarche en écosystème autour de la thématique du vin pour promouvoir, en levier, les activités d’édition, les soirées dégustations et l’oenotourisme by Le Figaro (voir notamment les croisières oenologiques).

Au-delà de l’impact médiatique du groupe et de sa capacité présumée naturelle à recruter des membres sur sa base installée de lecteurs, cette marque bénéfie, selon moi, de trois excellents atoûts pour réussir à s’imposer dans le landerneau vin du web français :

1/ une vision ‘loisir’ du sujet vin sur un positionnement privilégiant l’accessibilité et l’éducation via des clés d’entrée naturelles ou intuitives, sans recherche d’exhaustivité mais tournée vers l’aide à la décision.

2/une démarche magazine et éditoriale centrée sur la qualité et la récurrence du contenu, bénéficiant de la caution d’experts reconnus comme Bernard Burtschy ou Enrico Bernardo, comme d’autres personnalités, et capitalisant sur le rich-média, notamment les vidéos.

3/ une dynamique communautaire, permettant de tenir la promesse d’échange et de partage, et surtout de servir la création de contenus, notamment les commentaires de dégustation, par les membres eux-mêmes.

Nous souhaitons donc à L’Avis du Vin tous nos voeux de succès ! C’est un beau bébé que nous ne renierions pas chez SOWINE.

A noter, entre autres, parmi les initiatives connexes en France qu’il convient de saluer ici : Obiwine (aka le portail de diffusion de contenus filmés ludo-éducatifs destiné aux Vinternautes), Vinomaniac (aka The Rendez-vous of French wine lovers and professionals), WebCaviste (échange de conseils entre amateurs et professionnels du vin), Mon Vigneron (aka La communauté du vin et de l’oenotourisme), Taste A Wine (ex-Findawine, communauté de dégustateurs),TweetAWine (syndicateur de tweets sur le vin), Vindicateur (aka le Guide gratuit des meilleurs vins de France), Tout le vin (portail vin élaboré par/pour Castel), Oenovino (aka la découverte de l’oenologie par la dégustation de vin à domicile), Ecce Vino (aka le comparateur de goûts), Intothewine (aka le vin comme vous ne l’avez jamais bu).

 

SOWINE-avis-du-vin

LIRE LA SUITE
Le jour où je suis devenue vigneronne en Afrique du Sud

SOWINE_Sud_Af

Parmi les cadeaux que j’ai reçus pour noël, en voilà un que j’ai trouvé particulièrement approprié : un compte ouvert sur www.mesvignes-sud-afrique.com qui me permet d’être locataire pour un an d’une parcelle de vignes en Afrique du Sud. Mon domaine : The Stables Wine Estate, dans la région des Midlands.

Je peux jour après jour observer l’évolution de ma parcelle, suivre l’élaboration de ma cuvée en direct, poser des questions à l’oenologue, voir la météo sur place… et d’ici quelques mois, je recevrai 10 bouteilles de vin du domaine, dont je peux d’ores et déjà personnaliser l’habillage à ma guise.

SOWINE_Vignobles_au_pied_de_la_Montagne_de_la_Table

Photo SD, DR

Au-delà de l’approche purement liée au vin, l’offre, gérée par l’Office du Tourisme d’Afrique du Sud, permet également de découvrir le pays via le site internet dédié, de participer à des événemments liés à « la nation arc-en-ciel » et de participer à un tirage au sort pour gagner un voyage sur place.

Certes, le concept de « cyber vigneron » n’est pas nouveau (cf. notamment ma note Crushpad vs MesVignes : rat des villes et rat des champs), mais tel qu’il est pensé ici, je le trouve particulièrement intelligent :

  • D’une part, il permet la découverte d’une région viticole et de vins encore méconnus des consommateurs français.
  • D’autre part, la clé d’entrée « cyber vigneron » est d’autant plus pertinente qu’elle sert ici de prétexte à une valorisation plus globale du pays et de ses différents atouts -ou comment gagner en efficacité en fédérant différents acteurs autour d’un objectif commun…
  • Enfin, il donne de fait clairement envie d’aller plus loin dans la découverte du pays et de passer quelques jours en Afrique du Sud… et à mon sens, l’offre est suffisamment bien pensée pour inciter au voyage aussi bien ceux qui ne sont jamais allés dans le pays que ceux qui ont déjà eu la chance d’y passer du temps, ce qui est mon cas.

Même si le site internet présente quelques bugs à la navigation, le concept m’a donc d’emblée séduite. Tout en étant consciente de la limite de l’exercice : à force d’être abonnée à des cyber concepts, j’ai de moins en moins le temps… d’y consacrer du temps. Et la dimension virtuelle de ce type de cadeau n’aide pas à se sentir véritablement investi sur le sujet, ce qui fut le cas pour moi ici : pour un cadeau offert il y a deux mois, et je n’avais jusque-là rendu que deux visites à ma parcelle.

Jusqu’à ce que je reçoive chez moi, il y a quelques jours, un cadeau de bienvenue, bien réel celui-là : un petit panier avec différentes spécialités culinaires du pays. Thé, liqueur, épices… de quoi me donner un avant-goût du pays… ou me rappeler d’excellents souvenirs. Et marquer le véritable début de mon investissement online sur le sujet.

SOWINE_Architecture_Cape_Dutch

Photo SD, DR

LIRE LA SUITE