Déplier/replier le menu
Festival Omnivore 2015 : quand la mixologie entre en scène

Omnivore

Il n’y a qu’un seul endroit en France où vous pouvez vous gaver de pâté en croûte en écoutant Beyoncé sans rougir, un seul endroit où une marmite de tripes mijote tranquillement à côté d’un jus de mandarine, un seul endroit où le beurre revêt des allures de caviar et où un cocktail se boit et se lit comme une œuvre de Jackson Pollock : le Festival OMNIVORE !

Le Festival Omnivore vient de fêter ses 10 ans : 10 ans de découvertes culinaires toujours plus pointues, 10 ans de curiosités gastronomiques, 10 ans de jeune cuisine internationale et audacieuse. Le festival Omnivore joue brillamment son rôle de prescripteur en matière de tendances gastronomiques contemporaines, en invitant à chacune de ses éditions un parterre de chefs, de bartenders, d’artisans toujours plus inventifs et habités par leur passion. Cette année encore, Omnivore a fait bouger les frontières de la cuisine et a servi, pendant trois jours, matière à manger et à penser pour les mois à venir.

Parmi les tendances observées : une scène Cocktail qui bouillonne toujours autant d’idées et de mélanges improbables (relire Quand le cocktail devient moléculaire !), reflétant les initiatives en matière de mixologie venant de New York, Paris, Londres ou Shanghai (relire Mode des cocktails : new twists on old classics). Des accords mets-cocktails et la tendance des ‘foodtails’, créations spirituo-gastronomiques (cocktails à base d’ingrédients normalement utilisés en cuisine) qui ont encore de beaux jours devant eux. Enfin, le mélange des cultures et l’ouverture d’esprit comme maître-mots pour ces acteurs des tendances culinaires : c’est le restaurant Dersou à Paris qui s’est vu attribuer le prix de l’Ouverture, là même où ses accords venus d’ailleurs ont parfois suscité des réactions méfiantes, comme en témoigne son chef Taku Sekine lors de la remise de son prix sur scène.

Tout comme la jeune scène Street Food, la scène Cocktail donne la parole à des acteurs qui contribuent à casser les codes de leur propre secteur, mais aussi à déconstruire les habitudes de consommation. On pourrait citer ici le Marclee qui propose à ses clients d’associer le Saké à des mets japonais et The Beast qui met en avant l’accord mets-whisky, un accord initié il y a six ans déjà par les Single Malts Aberlour avec le Aberlour Hunting Club.

En attendant avec impatience la tendance du Spritz (voir cette excellente note du blog) au petit déjeuner, on a hâte d’entamer une nouvelle décennie 100% Jeune Cuisine.

Elise

LIRE LA SUITE
Les rendez-vous spiritueux à ne pas manquer cette semaine

SOWINE_BarmenSalon

Après le Salon de la Revue du Vin de France qui se tenait le week-end dernier au Palais Brongniart à Paris, je recommande vivement une visite du salon -professionnel cette fois- Cocktails Spirits qui se tient jusqu’à ce soir à la Maison Rouge dans le 12e arrondissement de Paris. Ce « Salon Européen des Nouvelles Tendances » confirme chaque année sa très belle qualité.

Autre rendez-vous incontournable pour tous les professionels du bar : la première édition du Salon du Bar et des Barmen, qui se tient depuis aujourd’hui et jusqu’à mercredi à la Halle Freyssinet (Paris 13e). Une autre occasion de découvrir et d’échanger sur le monde des spiritueux !

A vos shakers !

LIRE LA SUITE
Courvoisier Rosé : une liqueur pour les femmes

SOWINE_Courvoisier-Rose

En écho à notre note sur Rémy Martin V, je vous propose de découvrir aujourd’hui un nouveau « produit dérivé » du cognac lancé par une grande maison, cette fois destiné à la cible féminine : Courvoisier Rosé.

Annoncée en juin et lancée sur le marché américain, cette innovation consiste en un mélange de cognacs jeunes et de vin rouge. Cette liqueur à la robe de couleur rose vif titre à 18% pour un goût revendiqué de « pêches, fraises, framboises et abricots ». Le produit est destiné à une consommation en cocktails et n’est pas recommandé ‘straight’.

Empruntant quelques codes au cognac, Courvoisier Rosé est valorisé dans la bouteille classique Joséphine, qui rappelle que Napoléon était connu pour favoriser les cognacs d’Emmanuel Courvoisier. En l’espèce, ce Courvoisier Rosé est plus pensé pour Madame…

Je suis curieux de voir le succès que rencontrera cette innovation spécialement markétée pour les femmes. A l’évidence, Courvoisier cherche comme d’autres maisons de Cognac -à l’heure du brand stretching- à se développer sur de nouvelles cibles et autour d’instants de consommation mixologie et cocktails que le Cognac originel peine à satisfaire.

SOWINE_Skinny

A noter par ailleurs que ce développement sur la cible féminine est un objectif annoncé du groupe Beam -propriétaire de Courvoisier- en particulier sur le segment des Tequilas [Sauza et Hornitos], qui s’appuie également sur ces initiatives : Jim Beam Red Stag, un bourbon aux infusions de cerises noires ; Skinnygirl Cocktails, marque rachetée en mars 2011 proposant des cocktails en premix, prêt-à-servir et à faible teneur en calories (cosmo, margarita et sangria) ; Pucker Vodka, des premix vraiment très girly dans un packaging assez saisissant…

 

Enfin, s’agissant de la stratégie de développement de la marque Courvoisier, il est intéressant de relever que la maison s’est lancée sur un nouveau parti-pris: communiquer, à la manière des whiskies, sur l’âge de ses cognacs, en lançant récemment, en Amérique du Nord, The Connoisseur Collection composée d’un 12 ans et d’un 21 ans. Avec cette initiative rendue possible par un investissement effectué depuis plus de deux décennies en matière de traçabilité, Courvoisier fait le pari que les consommateurs de malts, habitiués aux classifications d’âge plutôt que de ‘qualité’ (comme VSOP ou XO) verront plus de transparence et d’attrait dans cette approche. Là aussi, il s’agira d’analyser, avec un peu de recul, si ce scénario s’est avéré payant et s’il a permis de recruter de nouveaux consommateurs.

BLOG_Courvoisier

LIRE LA SUITE
Gimme some V ! par Rémy Martin

SOWINE-Remy-VLa nouvelle avait fait grand bruit (relire Rémy Martin V sème te rouble) : en septembre 2010, la maison de cognac Rémy Martin annonçait le lancement sur le marché américain de Remy V (prononcer ‘vie’).

Se rattachant à la catégorie « non aged distilled grape spirit », ce spiritueux obtenu en filtrant à froid les raisins d’automne de la Petite et de la Grande Champagne, passé par des tonneaux en cuivre sans vieillissement, ne tombe pas dans la catégorie d’un Cognac.

Lancé avec les codes cognac de la marque au centaure, ce flacon blanc (même bouteille que celle du cognac VSOP en ultra-blanc) porte fièrement l’emblème du V et n’est donc pas un cognac blanc.

Testé auprès des consommateurs américains sur quelques états, déployé plus largement depuis, il se destine à la mixologie et aux barmen pour élaborer des cocktails ! Voir la page Facebook de cette : Clearly Interesting.

Je vous propose de découvrir ici le clip mui caliente « Lay it on me »de la reine du R’n’B Kelly Rowland – l’un des gros cartons de l’année. Dans cette vidéo vue plus de 9 millions de fois sur internet, Remy V fait une très belle apparition à 2’55. D’après La Charente Libre, ce placement de produit rappelle que les blacks américains et le monde du hip-hop restent une clientèle chouchoutée par les grands du cognac.

Je m’interroge sur la perception des Afro-Américains d’un produit ultra-white qui serait marketé spécialement pour eux. Cela me rappelle une autre histoire mais ici, nous ne sommes plus en cognac, mais en « eau de V ». Tout est dans le message !

De mon côté, j’attends la version cocktail avec Jus de Tomate en co-branding avec True Blood. Gimme some V !!!

The new Remy V spirit masterfully blends the savoir faire and the aromatic richness of the Rémy Martin House with the smoothness and mixability of a clear spirit. The finest grapes found in the heart of Rémy Martin’s vineyard are hand-selected and harvested only once a year, at the beginning of each fall. Small batches are slowly distilled in traditional copper pot stills throughout the winter, then ice-cold filtered. The eaux-de-vie is left to rest all spring in order to bring out full aromas and flavors. The finished product, the exclusively crafted Rémy Martin V, is not a cognac. Rather than aged in oak barrels – the final step in the cognac making process – the liquid goes through a proprietary 14F (-10C) ice cold filtration process, giving it is brilliant transparent color, unique aroma and subtle taste with hints of pear and fresh mint.

LIRE LA SUITE
Mode des cocktails : new twists on old classics

Même si elle a encore beaucoup à envier à ses cousines new-yorkaise ou londonienne, il semblerait que la scène cocktailistique parisienne parvienne enfin à prendre son envol, elle qui propose de plus en plus de concepts et de lieux franchement intéressants où l’on peut boire autre chose qu’un énième mojito, cocktail dont je sens qu’il sera le prochain has been des bars branchés en ce début de saison estivale…

Quelque part entre roaring twenties et époque de la Prohibition, la mode du rétro et du vintage, apparue il y a quelques temps déjà, perdure et trouve certainement de quoi assurer son essor sur la planète cocktail. Petite revue des tendances à surveiller dans les mois à venir, toutes passablement inspirées d’un passé plus ou moins éloigné…

SOWINE_Cocktail

Créer du buzz et de la rareté autour d’un lieu qui n’a pas pignon sur rue

Il y a de ces bars géniaux dont on se demande toujours s’il ne vaudrait pas mieux en taire le nom et l’adresse, histoire de les garder pour soi et d’éviter qu’ils deviennent les prochains lieux branchouilles envahis par les bobos… La tendance aux bars cachés, voire clandestins, sortes de speakeasies des temps modernes, a déjà fait un carton chez les Anglo-Saxons, comme en témoignent certains établissements. Je pense ici notamment au PDT (Please Don’t Tell), bar new-yorkais auquel on ne peut accéder qu’en passant au travers d’une cabine téléphonique vintage située dans un restaurant de hot dogs !

À défaut de vous faire sentir comme Clark Kent se changeant en Superman, le Candeleria, petite taqueria de la rue de Saintonge dans le Marais, a le mérite de cacher derrière sa minuscule salle à manger l’un des bars à cocktails les plus hypes de Paris. Les mixologistes, anciens du Curio Parlor et de l’Experimental Cocktail Club, font la belle part au mezcal et autres téquilas et savent même accommoder les groupes avec des bols géants de punch, capables de régaler les papilles et de rafraichir toute une tablée.

Élaborer soi-même des ingrédients « faits maison » originaux

Lorsqu’on a l’esprit aventurier en matière de cocktail, on est rarement aussi bien servi que par soi-même… Les barmen experts l’ont bien compris et se sont mis à créer eux-mêmes, à partir de produits du commerce, des alcools originaux qui servent à singulariser leurs créations.

De la vodka infusée au bacon – à quand une version Frenchie infusée au foie gras ? – au cognac XO imprégné des arômes d’une truffe noire laissée à macérer entière dans la bouteille : ces produits définissent aujourd’hui les cocktails signatures de plusieurs établissements réputés.

Autres outils efficaces pour marquer le profil organoleptique d’un cocktail : les bitters maisons, parfumés, par exemple, à la lavande ou encore au pamplemousse rose. Quelques gouttes de ces amers aromatiques et on arrive à créer une différence remarquable et à faire d’un cocktail simple un véritable ambassadeur de son auteur ou de son lieu de création.

Rapprocher des univers connexes avec des mariages inusités

SOWINE_COINTREAU_CUISINE Les mélanges gastronomie / mixologie sont de plus en plus fréquents : du ketchup maison parfumé au Laphroaig du Prescription Cocktail Club au nouveau Cointreau Cuisine en spray utilisé par des chefs comme Williams Caussimon, les spiritueux occupent de plus en plus de place dans les assiettes. Plus que jamais, la frontière entre les deux univers est poreuse et plusieurs mariages révèlent l’intérêt de tenter des accords inusités. Oser le cocktail au Nutella ou la vinaigrette au Pastis, c’est l’occasion pour les marques ou les bars de marquer leur différence et de l’ancrer de manière durable dans l’esprit des consommateurs.

Inventer de nouveaux modes de préparation et rituels de consommation

Les cocktails vieillis en fût sont la nouvelle tendance à la mode chez les mixologistes américains… Pourquoi commander un simple Manhattan fait minute quand on peut boire un cocktail préparé il y a 6 semaines et vieilli en fût depuis ? Invoquant la recherche de cocktails plus harmonieux et de saveurs fondues et mieux intégrées, un petit nombre d’établissements ont su créer l’intérêt des consommateurs en leur proposant, pour quelques dollars de plus, de découvrir une version améliorée de leur cocktail favori.

Autre méthode efficace : les glaçons ou les verres simplement rincés avec un alcool de qualité afin de donner un petit supplément d’âme à un cocktail fatigué. La mise en avant de lieux inattendus, de nouveaux ingrédients originaux, de mariages entre univers connexes et de nouvelles techniques d’élaboration inusitées a certainement le mérite de donner de donner un nouveau twist à de vieux classiques.

Lesquelles de ces tendances sauront survivre et s’imposer au-delà de l’été ? Rendez-vous à la rentrée pour le savoir !

SOWINE_cocktail

THE BASIL BLITZ
4 cl rhum blanc
2 cl LEJAY cassis
2 cl sucre
6 feuilles de basilic
1/2 citron vert
3 mûres fraiches

SOWINE_mixologie

FROM PARIS WITH LOVE
4 cl vodka
2 cl LEJAY cassis
3 cl jus de passion
2 cl sucre
3 mûres fraiches
1/2citron vert

SOWINE_tendance-bar

LEJAY BLACK CALVADOS
4 cl Tequila Silver
2 cl LEJAY cassis
2 cl de miel
1/2 citron vert
Des fruits rouges

Cocktails créés par Yann – BLACK CALVADOS (BLITZ TEQUILA BAR)
Photos SOWINE – Tous Droits Réservés

LIRE LA SUITE
Nothing Compares to Havana : une belle campagne de publicité

SOWINE_Havana5

En ce vendredi, je vous propose de voyager jusqu’à La Havane avec cette belle campagne de publicité sortie fin 2010 pour Havana Club, qui expose des scènes de vie saisies par l’excellent photographe Guy Aroch.

Je trouve l’ensemble très réussi car la campagne propose une belle synthèse de valeurs vraies, d’humour et de moments qui témoignent d’une dimension patrimoniale attachée à l’origine du produit.

Composés en série d’instantanés de la vie quotidienne, les visuels capturent l’essence de la Havane, et reflètent bien les valeurs de cette ville non-alignée : l’humanité, la spontanéité, la créativité, la passion, et la générosité de ses habitants.

Comme une ville exceptionnelle qui a évolué à sa manière, La Havane a crée son propre style, fait de musique et d’art, qui s’exprime donc comme un mode de vie que préempte ainsi la marque dans sa communication.

SOWINE_Havana4

Par ailleurs, au-delà des clichés et des polémiques liés au contexte politique sous-jacent, la signature « Nothing Compares to Havana » distille une belle synthèse de cet esprit unique, de cette attitude rafraîchissante et inspirante : des gens qui restent fidèles à eux-mêmes et apprécient la simplicité de l’interaction humaine dans la vie quotidienne.

En outre, j’aime beaucoup ces slogans et accroches qui inscrivent la marque dans des instants de dégustation et un univers qui ne se prend pas au sérieux :

When you drink, you don’t drive. This might explain the longevity of our cars.
When life hands you a lemon, make a cocktail.
“In Havana, when you can’t find a party, you throw one.”

SOWINE_Havana6

Et bien sûr, cette belle déclaration :
« To go see your friends, don’t go on facebook. You go see your friends. »

SOWINE_Havana7

Cette campagne intégrée ABL/BTL comprend télévision, presse écrite, affichage, pub ciné, et soutien RP. A noter l’intégration des supports d’expression numériques dans le dispositif, en particulier le très beau site web intéractif www.nothingcomparestohavana.com récompensé d’un FWA.

SOWINE_Havana2

Basée sur une galaxie de sites internet, la stratégie digitale de la marque intègre un dispositif très riche et très complet qui s’appuie sur quatre autres sites web distincts :

www.havana-club.com reste la vitrine de la marque, avec le portefeuille produits, le patrimoine et les offres de cocktail.

www.havana-cultura.com met en valeur la culture cubaine contemporaine et présente deux nouveaux artistes en ligne chaque mois.

www.havana-mojito.com, lancé récemment, entend éduquer les consommateurs sur le Mojito cubain authentique, son patrimoine et ses racines.

www.havana-cocteles.com
communique sur le Havana Club Cocktail Grand Prix 2010, avec des informations sur la mixologie, des interviews d’experts reconnus et des collaborations avec des barmans.

SOWINE_Havana1

LIRE LA SUITE
La mixologie en photos au Blitz Tequila Bar

En avant-goût, je vous propose de découvrir ici quelques uns des visuels de cocktails dont nous vous livrerons très vite la composition originale. Ces trois créations sont l’oeuvre de Yann, le chef barman et directeur du Blitz Tequila Bar, qui démontre ainsi que la mixologie est autant une matière de goût que d’esthétique visuelle. La direction artistique sur ces photos traduit l’ambiance de ce lieu éphémère et met à l’honneur l’originalité des recettes et leur présentation.

SOWINE_cocktail_mixologie1 SOWINE_cocktail_mixologie2 SOWINE_cocktail_mixologie3 SOWINE_cocktail_direction_a

Blitz Tequila Bar (in the ex Black Calavados)
40 Avenue Pierre 1er de Serbie Paris 16

LIRE LA SUITE