Déplier/replier le menu
Conférence du LUXE PACK : synthèse de notre présentation sur les tendances packaging des champagnes et spiritueux

BLOG_LuxePack

Comme annoncé ici, nous avons eu le plaisir d’intervenir récemment dans le cadre du LUXE PACK MONACO sur une conférence que nous avons intitulée : « Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging« . Pour multiplier les angles de vue, nous avons choisi de convier deux contributrices au regard et à l’expertise complémentaires : Hélène Grandjean, consultante indépendante et Nathalie Korzin, directrice de l’agence Design & Merchandising POPINKA.

Bouteilles nues, flacons spéciaux, boites cartonnées, packs festifs sur bouteille standard, coffrets cadeaux, packs 2 en 1 avec prime, icebag, coolbox, coffrets réutilisables, bouteilles en série limitée, packs concepts événementiels, co-branding et interventions d’artistes… Quel chemin parcouru depuis les caisses bois ! On n’ose même plus utiliser le terme d’emballage…

Nous avons ainsi illustré à quel point la dimension packaging dans l’univers du champagne et des spiritueux, depuis les dix dernières années, a connu un essor formidable, en partie poussé par le développement des marques de milieu de gamme qui sont venues bousculer les marques de luxe. Du flacon à l’étui, du coffret au pack présentoir glorifyer, le design packaging est bien devenu un véritable outil de communication au service de la marque, pourvu qu’il en respecte les codes, assure sa fonction de base, propose une qualité d’exécution sans faille et se place au service d’un objectif marketing principal établi à l’avance, réclamant des arbitrages budgétaires préalables :

> Les coffrets cadeaux & packs festifs pour assurer les parts de marché aux fortes périodes promotionnelles
> Les éditions limitées destinées aux volumes additionnels et favorisant l’achat d’impulsion
> Les packs concepts ‘hors norme’ créés pour activer la marque en hors-média et créer le buzz en relations presse et relations publiques

Nous avons ainsi rappelé que pour animer la marque en restant dans la cohérence, sans perturber ni l’image ni le positionnement prix, le packaging événementiel se doit de respecter quelques règles élémentaires :

> Rester un  packaging : ne pas être « gratuit » mais toujours être fonctionnel, au moins dans une fonction display.
> Rester sous la marque ombrelle : respecter ses codes.
> Rester en arrière plan du produit : assurer réassurance et légitimité.
> Rester à côté de la gamme permanente : nourrir la marque, ne pas la diluer (critères quanti : % max des volumes, critères quali : création-filiation )

Afin d’assurer la promesse de visibilité de la marque, en soignant clarté de l’offre et praticité de présentation, nous avons également traité la question de l’environnement de vente, ou comment penser le packaging en intégrant la réflexion sur la façon dont il vivra dans les circuits de commercialisation, que les produits soient distribués en circuit traditionnel ou spécialisé, on-trade ou off-trade, grande surfaces, cavistes ou travel retail. Nous avons par ailleurs choisi de porter une attention particulière aux caisses de transport, parfois délaissées ou peu considérées alors qu’elles jouent souvent un rôle important de présentation en display.

Enfin, nous avons choisi d’insister sur la notion de valeur-ajoutée consommateurs dans le contexte particulier de cette catégorie champagnes et spiritueux haut de gamme où il est donc question de créer du lien avec le consommateur et d’offrir une véritable expérience de marque, tant au moment de l’acte d’achat que sur l’instant de consommation. Et dans cette quête du beau et de l’utile, nous avons relevé trois points tendanciels majeurs qui vont impacter le développement des packs de demain :

1/ Packagings éco-responsables : valeur d’usage et matériaux recyclables. Les consommateurs de champagnes et de spiritueux haut de gamme sont sensibilisés et ont de plus en plus une conscience aiguisée de l’impact environnemental des packs et surpacks. Dans cette course qui frise parfois la surenchère, ils sont devenus attentifs et vigilants à la valeur d’usage et au choix des matériaux. Cette nouvelle donne engage également le cycle de développement des produits et impose une communication dédiée pour traduire cet engagement en matière de conception durable.

2/ Packagings intelligents : contenus de marque et réalité augmentée. De quoi le consommateur a-t-il besoin ? Sinon d’informations et de contenus à réelle valeur ajoutée, tant pour se décider sur le lieu de vente que pour s’inscrire dans une expérience sur les instants de consommation. Si le packaging participe de nourrir, voire de créer, de véritables rituels de dégustation -souvent polysensoriels et intégrant les notions de théâtralisation ou de gestuelle- l’utilisation des nouvelles technologies, notamment les QR-Codes et les applications autour de la réalité augmentée permettent d’amener du ‘rich-média’ et des contenus à valeur-ajoutée aux consommateurs au moment où ils en ont le plus besoin. Ces échanges entre le virtuel et le réel développent la sensorialité et permettent de toucher tous les sens. Ils participent de créer un lien particulier entre la marque et le ‘consom-acteur’.

3/ Packagings relationnels : programmes de fidélité et CRM. Cet axe de développement inscrit la relation avec les consommateurs dans la durée et permet, dans une forme incitative souvent liée à la rareté du coffret, de les transformer en véritables ambassadeurs de la marque. Si la fonction de base du packaging tient à une reconnaissance immédiate en rayon (12 secondes max. accordées), le packaging-objet durable permet de nouer un lien pérenne en proposant des relais vers des programmes de marketing relationnels et des dynamiques CRM de clubs.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.

LIRE LA SUITE
Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging

BLOG_Révolution_Design

Du flacon à l’étui en passant par l’étiquette, le design packaging des champagnes et des spiritueux a connu une véritable révolution ces dix dernières années.

Entre le flacon, l’étui écrin et celui offrant un véritable « plus produit » au consommateur, le packaging est devenu un outil de communication incontournable.

C’est sur cette thématique que nous intervenons le vendredi 21 octobre à 14h30 dans le cadre du LUXE PACK MONACO sur une conférence intitulée « Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging« .

Avec comme fil conducteur, les réponses aux questions suivantes : Dans quelle mesure le packaging des champagnes et spiritueux sert-il la stratégie d’image des marques ? Quelle est l’influence du packaging sur l’acte d’achat ? Le packaging prend-il le pas sur le produit lui-même ? Quelles sont les perspectives au regard des contraintes économiques, environnementales et légales ?

Nous serons bien sûr ravis de vous croiser sur le salon, avant/après la conférence, n’hésitez pas à nous contacter auparavant.

Programme de conférence : français | anglais.

LIRE LA SUITE
Une belle campagne Moët & Chandon signée Tim Walker avec Scarlett Johansson en égérie

MoetChandon1

Tim Walker est un photographe remarquable que j’adore, avec un vrai univers, une vraie vision artistique.

79245_C Si vous ne l’avez pas encore, je vous recommande vivement d’acquérir son beau livre Pictures chez teNeues -vous pouvez aussi venir le consulter à l’agence, il est en bonne place dans notre espace lounge ! Vous y (re-)découvrirez son univers onirique et poétique (voir notamment les superbes clichés Coco Rocha and Giant Glove ou Lily and Spiral Staircase).

CocoSW

Le photographe signe la nouvelle campagne publicitaire de la maison de Champagne Moët & Chandon présentant Scarlett Johansson, égérie de la marque depuis mars 2009. A ce titre, je vous engage à (re-)lire notre note Luxe et égéries : l’art de créer la légende.

Les clichés ont été pris au Trianon, la résidence construite par Jean-Rémy Moët sur le domaine de la Maison avenue de Champagne à Epernay, lors de la soirée « ‘Hommage à l’Héritage » organisée en septembre dernier.

Je trouve la campagne particulièrement réussie : la mise en scène et le regard de Tim Walker renouvellent le genre en distillant avec un twist décalé le glamour, l’élégance et la grace de Scarlett Johansson. Un brin de fantaisie inscrit dans un lieu patrimonial qui sert la marque à merveille. Bravo.

MoetChandon3

Photos Tim Walker (c)

LIRE LA SUITE
L’agence SOWINE vous présente ses meilleurs voeux pour 2011 : une année PAS COMME LES AUTRES

2011

LIRE LA SUITE
Conférence sur les stratégies digitales des marques de luxe : la stratégie de contenus au cœur des dispositifs

Je participais hier à une conférence ESSEC sur les stratégies digitales des marques de luxe qui entendait répondre à la question suivante : « Comment concilier luxe, expérience client et e-reputation ? »

Même si ce type de présentation est propice aux exposés parfois très buzzwords, en particulier lorsqu’on s’aventure sur le terrain du social media (voir quelques exemples ici), j’ai néanmoins adhéré à la majorité des exposés et témoignages.

Sur ces expériences partagées, outre le pragmatisme de Frédéric Layani sur Tag Heuer, j’ai été ravie de suivre l’exposé détaillé, en mode étude de cas, du dispositif et best practice ‘Tell me about her’ mis en place pour la marque Longchamp autour de sa collection Kate Moss il y a quelques mois maintenant (lire détail ici).

Le principe consistait à laisser un mini-message (pour, peut-être, gagner un sac de la collection) sur le site Tell-me-about-her.com et espérer voir son texte retenu afin de créer un Twiller (combinaison de Twitter + Thriller) qui compile les posts des visiteurs.

Cette campagne, à mettre en parallèle de l’opération tout aussi réussie menée sur Voyage d’Hermès et dont j’avais parlé ici, a remporté un vif succès. Je vous engage à voir (ou revoir) un de ces trois twillers :

Ce qui m’a beaucoup frappée tout au long de la conférence, c’est que quelle que soit la phraséologie retenue ou la rhétorique pour expliquer et décortiquer les mécanismes qui opèrent sur le ‘social media », de façon plus pragmatique, ce qui compte avant tout, c’est d’avoir une histoire à raconter. Les réseaux sociaux sont une formidable caisse de résonance, mais s’il n’y a pas de stratégie de contenus, c’est inutile et vain.

Après tout, n’est-ce pas la force des marques de luxe, mais aussi celle de l’univers des vins et spiritueux, d’être le terreau naturel et fertile de belles histoires racontées autour de produits en capacité de créer du rêve, du plaisir et de l’émotion ?

LIRE LA SUITE