Déplier/replier le menu
SOWINE.news – On vous dira tout !

SOWINE_News

9 mois, 31 jours et quelques heures d’activité intense depuis le début de l’année… et pas une seule minute pour partager avec vous l’actualité de nos projets !

Mais nous ne pouvions rester silencieux plus longtemps : le temps des rattrapages est arrivé. Tout, vous saurez tout : au cours des huit semaines à venir, chaque mercredi, une newsletter thématique vous sera envoyée…

Pour vous inscrire et la recevoir : c’est ici !

Premier épisode : un regard particulier sur deux des vitrines du savoir-faire SOWINE en matière de SOCIAL MEDIA. Deux exemples d’accompagnement en community management, pour deux acteurs majeurs dans l’univers du champagne et du vin en France et à l’international : CHAMPAGNE BOLLINGER & QUINTA DO NOVAL

@ très vite !

LIRE LA SUITE
VITeff, le salon international des techniques et technologies des vins effervecsents

viteff

Le VITeff est le Salon International des Technologies des vins Effervescents (The Sparkling Wine Technology Exhibition), c’est le seul salon international dédié uniquement à ces techniques.

Lieu d’échanges et de réflexions, le VITeff, c’est aussi un Forum international qui en fait le rendez-vous incontournable pour l’ensemble des acteurs de la filière.

Pour sa 12ème édition, le VITeff a inauguré ce matin un nouvel espace interactif au nom évocateur : le « Pavillon 2.0 ».

Cet espace inédit propose une programmation riche et conviviale pendant les 4 jours du salon.

Rassemblant 3 espaces en un lieu unique d’échanges, l’objectif du Pavillon 2.0 est de donner les clés aux acteurs de la filière des vins effervescents afin qu’ils puissent identifier les défis mais aussi anticiper les opportunités que l’émergence du web 2.0 et des dernières technologies numériques (QR-Code, réalité augmentée, etc.) fait naître.

Glissé entre le Plateau TV et l’Espace Lab, vous pouvez, sur l’Espace Lounge, échanger et rencontrer blogueurs français et internationaux, ou des start-up locales 2.0, et profiter d’un temps de calme pour faire du « business » en toute décontraction.

Le Plateau TV est également installé sur le Pavillon. Pour suivre l’actualité en temps réel, les vidéos sont partagées sur l’ensemble des réseaux sociaux (la chaîne Youtube, la Page et l’événement Facebook et le compte Twitter).

Tous les jours dès 10h, sur l’Espace Lab des formations courtes de 30 min sont proposées aux visiteurs et aux exposants. Les thèmes abordés sont axés sur la maîtrise et la compréhension des nouvelles technologies au sein d’une exploitation et sur leur utilisation optimale.

N’hésitez pas à nous rendre visite sur le Pavillon 2.0, une partie de la SOWINE Team est sur place et participe à son effervescence pendant toute la durée du salon !

LIRE LA SUITE
Classement des marques d’alcool : Interbrand « Best Global Brands 2012″

BLOG_Classement_Brands_2

Interbrand a publié fin 2012 son classement annuel des marques les plus performantes. Revenons donc avec un léger décalage temporel sur cette hiérarchie mondiale en écho aux notes parues sur ce blog en 2011 et en 2010.

Indétrônable Coca-Cola reste à la première place du classement. A noter dans le TOP 10, la surperformance des marques Apple (#2), et Samsung (#9) symboles de la bonne santé du secteur des technologies mobiles. Et bien sûr, en fait marquant, l’arrivée de Facebook (#69) pour la première fois dans ce palmarès.

S’agissant des marques d’alcool, voici les sept qui figurent toujours et depuis 3 années consécutives dans ce TOP 100. Pour rappel, le palmarès est préparé selon une métholologie privilégiant la valorisation financière.

Bud #31 BUDWEISER

(chute de deux places) : Budweiser a de quoi rester optimiste. Le nouveau design de sa canette reflète son positionnement contemporain et global, tout en s’éloignant de ses racines purement américaines. La marque sort de sa zone de confort (les états du centre du pays) pour toucher une cible plus urbaine grâce par exemple au festival « Budweiser Made in America » en association avec le rappeur et producteur Jay-Z. Si la marque sponsorise  la FA cup et  la coupe de monde de football 2014, elle innove aussi en digital avec la campagne » Track your Bud » qui permet au consommateur de retracer l’origine de sa bière via un QR code. Avec  44% de ses ventes hors des Etats-Unis, son marché global s’accroit, mais Budweiser connait des difficultés sur son marché national.  Ce qui soulève cette question : peut-elle devenir la première marque de bière mondiale si elle n’est plus leader sur son marché d’origine ?

Jack #81 JACK DANIEL’S

(chute de trois places) : la marque célèbre son 160éme anniversaire en continuant sa croissance. Le Tennessee Whiskey a plus d’amis sur Facebook (1,8 millions) que n’importe quelle autre marque d’alcool. Le site internet a été remanié et Twitter est habilement utilisé pour faire parler de la cuvée aromatisé  Tennessee Honey. Ses valeurs d’authenticité et d’intégrité s’expriment à différents niveaux. En interne les collaborateurs  intègrent l’héritage et les valeurs de la marque en participant au « Camp Jack » dans le Tennessee. Et Jack
Daniel’s est partenaire de l’université locale dans la sauvegarde d’arbres natifs de la région. Des valeurs citoyennes qui sont un atout pour la communication de la marque.

Jw #83 JOHNNIE WALKER

(gain de 5 places) : Johnnie Walker, le leader des scotchs whisky continue de jouer la locomotive dans le portefeuille de Diageo et présente la plus forte progression du classement. Ayant vendu 18,9 millions de caisses, (site de diageo) Johnnie Walker reste le whisky le plus vendu en volume et en valeur, et malgré ces volumes, la marque reste sur un positionnement premium global. Sa campagne africaine « Walk with Giant », son partenariat avec le blogueur chinois Han Han (le plus lu au monde), ou son association avec le porte-parole latino DJ Alex sensation, renforcent sa position sur les marchés émergents, et permet de compenser  la stagnation des marchés européens. Les tournois de golf Johnnie Walker Classic en Asie et Johnnie Walker Championship at Gleneagles renforcent quand à eux sa visibilité et ses racines écossaises. Enfin le packaging simple et élégant de la gamme est toujours aussi différenciant et la marque est capable de toucher des consommateurs sur de nombreux segments de prix, ce qui est un bon présage pour le futur.

Corona #89 CORONA

(chute de trois places) : Une grosse chaleur ? Une Corona avec une tranche de citron. Le nectar préfèré de Jacques Chirac est aussi une des plus grosse vente de bière importée aux USA et en Australie ainsi que la plus forte croissance du brasseur Grupo Modelo’s en 2011. Même si la marque est positionnée différemment en fonction des pays, Corona a la même stratégie globale autour du monde du sport et d’un style de vie décomplexé, jeune et festif. Pendant l’été 2012, la campagne “Corona Beach Getaway” a par exemple démontré que la plage n’est pas nécessairement un endroit physique, mais plutôt un état d’esprit… avec à la clé un gros succes sur les réseaux sociaux. Les codes couleurs et le graphisme des nouveaux packaging pour Corona Extra et Corona Light contribuent a améliorer la compréhension de la marque. Mais  la marque est touchée par la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat aux Etats-Unis, et Corona doit continuer de cibler la communauté hispanique américaine qui représentera 23% de la population en âge de consommer de l’alcool à l’horizon 2030.

Smirnoff #90 SMIRNOFF

(chute d’une place) : Diageo décrit Smirnoff comme “l’alcool premium distillé le mieux vendu au monde ». Une croissance à deux chiffres en Afrique et Amérique Latine, des dépenses en marketing en hausse de 10% et deux nouveaux parfums : crème chantilly et marshmallow.  Dans la lignée du « Nighlife Exchange Project », Smirnoff a lancé le “Smirnoff Midnight Circus” en collaboration avec David LaChapelle, un tour du monde des expériences clubbing. Le site internet de la marque ne parle pas seulement de cocktails, mais propose aussi un « nightlife guide » mondial. Smirnoff fournit toutes les informations pour faire passer a ses consommateurs la nuit dont ils rêvent, partout dans le monde.

Heineken  #92 HEINEKEN

(chute d’une place) : Heineken reste sur le devant de la scène. Son rachat complet de la bière thaïlandaise Tiger renforce sa présence en Asie. Ses campagnes de publicités sont toujours aussi mémorables à l’image de  « Heineken Star Serve » qui s’adresse à la fois aux serveurs et aux consommateurs et qui traite de l’art du service de la pression parfaite. La marque a le pouvoir de créer des conversations mondiales et organise des événements marquants comme son « nightclub design concept » pendant la semaine du design à Milan. Ses 11 millions de fans sur Facebook sont la preuve que la marque connait un succès mondial en maintenant une image haut de gamme.

Moet  #98 MOËT & CHANDON

(chute de vingt-et-une places) : Succès et glamour depuis 1743, la marque continue son numéro de charme en témoigne sa participation à la création du boutique hôtel White 1921, remplaçant la maison blanche de Saint-Tropez. Un bar permettra de se relaxer en dégustant du Moët Imperial Vintage 1921. Moët a aussi lancé Lounge Series, un programme dédié à la cuvée Nectar Imperial rosé. La maison sera le champagne officiel de la prochaine coupe de l’America qui se déroulera en septembre prochain à San-Francisco. Enfin, l’embauche d’une nouvelle agence spécialisée dans le digital augure d’une présence plus prononcée sur le web et les réseaux sociaux.

Enfin, au titre des enseignements transversaux, et cela n’étonnera personne, le rapport souligne dans la duynamque des marques gagnantes que les dispositifs et stratégies digitales gagnent encore en importance pendant que le sponsoring de grands événements semble toujours attirer les faveurs des leaders de l’industrie.

BLOG_Classement_Brands

LIRE LA SUITE
James Bond : le nouvel homme fort de Heineken

SOWINE-007
Nous avons déjà eu l’occasion de traiter sur ce blog la question du « placement produits » dans les stratégies de communication des marques d’alcool, de champagne et spiritueux en particulier (revoir Rémy Martin V avec Kelly Rowland ou Moët & Chandon aux Golden Globes).

Les placements produits dans les séries ou les films, en particulier les gros blockbusters sont l’enjeu d’intenses tractations, et bien sûr un excellent moyen -en France- de cohabiter avec les contraintes de la Loi Evin.

S’il est un personnage cinématographique ‘alcoocompatible’, plus délicat mais tout aussi assidu et séducteur que Don Draper dans Mad Men, c’est bien l’iconique James Bond, amateur d’excellent champagne et de martinis bien dosés, incarnant l’élégance, le style et le bon goût. C’est donc sans surprise que la sortie en fin d’année 2012 du nouvel opus SKYFALL attise les convoitises des marques d’alcool.

Et dans ce jeu de la séduction, il semble que la marque Heineken, bien connue pour sa créativité publicitaire (voir notre note The Cannes Lions Festival : créativité publicitaire dans les spiritueux et les bières) entend optimiser au maximum un investissement qui s’annonce sans précédent, toujours en soutien de sa plateforme d’activation « Open Your World ». Comme le rapporte Marketing Week, la campagne aka « The biggest activation of 007 ever » – dans laquelle Daniel Craig semble cette fois appelé à jouer un rôle- sera globale, relayée dans plus de 170 pays et multi-canale, avec un effort très significatif porté sur le digital et les réseaux sociaux.

A ce titre, il est intéressant de noter que la marque déclare vouloir faire rentrer James Bond dans leur plateforme et la promesse ‘Man of the World’ plutôt que d’injecter du Heineken dans 007, considérant que le personnage est parfaitement en phase avec leur motto.

Gageons que le film et la campagne proposés seront à l’image de la saga ‘The Entrance’ (lire note Heineken revient en force avec une nouvelle campagne publicitaire) plutôt que de ce dernier opus un peu fade pour Casino Royale avec Eva Green mais sans Daniel Craig :

Connexe à cette stratégie de placement produits, le développement des égéries publicitaires, souvent acteur et actrices. Sur ce thème, je vous engage à relire ces notes toujours actuelles sur la démarche :

Luxe et égéries : l’art de créer la légende

Les marques et leurs égéries : incarnation, impact et mémorisation

Création publicitaire, différenciation et attribution : Martini et George Clooney

Cointreau et Dita von Teese : deux années de strip tease

LIRE LA SUITE
En prévision des fêtes, avec Champagne R. Pouillon & Fils et la cuvée 2Xoz

SOWINE_Pouillon_Avent

Comme beaucoup d’amateurs de champagne, je suis fidèle à plusieurs marques, chacune dans sa catégorie. Dans celle des champagnes de vignerons, je recommande particulièrement les cuvées R. Pouillon & Fils, et en particulier la sublime cuvée 2Xoz, dont j’ai déjà parlé ici.

LIRE LA SUITE
Classement des marques d’alcool : Interbrand « Best Global Brands 2011″

SOWINE-BestGlobalBrands

Interbrand a publié son nouveau classsement 2011 des marques les plus performantes.

Les américains trustent toujours les dix premières places de ce palmarès avec une emprise toujours forte des valeurs technologiques : IBM (#2), Microsoft (#3), Google (#4), Intel (#7), Apple (#8) et HP (#10), même si Coca-Cola conserve sa première place.

S’agissant des marques d’alcool, voici les sept qui figurent dans ce TOP 100 (à comparer avec le classement de l’an dernier), le palmarès étant préparé selon une métholologie privilégiant la valorisation financière.

SOWINE_budweiser #29 BUDWEISER (gain d’une place) : les consommateurs continuent de voir Budweiser comme la bière par excellence, en particulier aux USA. Et pourtant, la concurrence a rendu l’exercice de différenciation plus difficile. Pour revitaliser la marque et lui permettre de renouer avec ses consommateurs, Budweiser a refondu son logo, sa canette et son packaging en 2011. Un QR-Code a été placé sur le pack pour une communication directe avec le client. Si sa croissance au Brésil s’est ralentie, la marque poursuit son développement en Amérique Latine et en Chine, deux relais de croissance très importants. Sur son marché domestique, Budweiser s’est concentrée sur Bud Light. Sponsor exclusif de la NFL et une pression promotionnelle forte servent à renforcer la relation entre la bière et les fans de sport.

SOWINE_moet_chandon #77 MOËT & CHANDON (gain de deux places) : la maison de champagne continue de mettre à profit son positionnement sur l’axe glamour / célébrités / qualité sur l’ensemble des points de contact. La campagne 2011 avec Scarlett Johansson (lire ma note à ce sujet) a été relayée sur tous les médias (print, outdoor et online). Le choix du lieu, le Trianon, fait écho au patrimoine de Moët & Chandon, et renforce ainsi son statut de marque de luxe. Sponsor de l’US Open, de grands festivals de cinéma et de lieux prestigieux où il fait bon être vu, la marque maintient une forte visibilité.

SOWINE_jackdaniels #78 JACK DANIEL’S (reste à iso) : Les consommateurs continuent de considérer Jack Daniel’s comme une marque patrimoniale avec un héritage porteur. Cette année encore, la gamme des spiritueux Jack Daniel’s enregistre de bons résultats. Les extensions de marques, tel le « Jack Daniel’s Tenessee Honey », ont été bien accueillies, et de grands lancements produits sont anticipés en 2012, utilisant à la fois la publicité traditionnelle et les réseaux sociaux, dont Twitter et des vidéos ciblées sur Facebook. Jack Daniel’s est donc en développement au niveau mondial, particulièrement en Europe occidentale et dans les régions à forte croissance, comme le Mexique et la Turquie.

SOWINE_corona #86 CORONA (chute d’une place) : la marque continue à asseoir un positionnement unique basé sur sa philosophie « vivre dans l’instant ». Le numéro un de la bière au Mexique, et numéro un de la bière importée en Australie et en Amérique du Nord, est associé à un style de vie décontracté, aux vacances, à la relaxation à travers ses symboles emblématiques, telles la tranche de citron vert et la plage. Ces symboles sont repris à chaque point de contact, aussi bien au niveau des réseaux sociaux qu’au niveau de la publicité traditionnelle. La marque a néanmoins su faire évoluer ses messages, en invitant même ses fans, dans ses récentes campagnes, à trouver « leur propre plage ». Cette année, Corona a annoncé sa plus grande promotion encore jamais organisée, offrant une chance pour ses clients de gagner l’un des 100 voyages au Mexique mis en jeu.

SOWINE_johnniewalker.gif #88 JOHNNIE WALKER (gain de 4 places) : la marque se développe au niveau international. La stratégie consistant à aller au-delà de la distribution de whisky et de faire appel à une classe moyenne émergente commence à être rentable dans des régions comme l’Amérique Latine et la Chine. Aux Etats-Unis, les offres sur les produits premiums de la marque ont obtenu de bons résultats, et Johnnie Walker s’est concentré sur la communication, ce qui a d’autant plus élevé le statut de la marque. En Chine, particulièrement, on commence à voir se développer plus de fidélité à la marque. Une ambitieuse campagne basée sur les réseaux sociaux, « Mots du voyage », qui raconte l’histoire de 12 pionniers chinois, a grandement stimulé sa visibilité dans la région, et a rendu la marque plus accessible. De plus, une stratégie « go-to-market » améliorée en Inde a aidé la marque, où elle détient un statut iconique.

SOWINE_smirnoff#89 SMIRNOFF (reste à iso) : bien que le marché de la vodka soit ultra concurrentiel, Smirnoff obtient de bons résultats. Des dispositifs excitants, telle la campagne ‘I choose‘, et l’émission de téléréalité « Master of the Mix », ont continué à renforcer la part de voix de la marque. Tout en restant le leader du marché américain, Smirnoff se développe sur les marchés émergents, où le développement des classes moyennes sont en pleine expansion. La marque continue de mener une stratégie très visible de soutien par des célébrités. Elle a annoncé récemment un partenariat avec Madonna dans le prochain épisode de la Smirnoff « NightLife Exchange », et a établi un partenariat avec Pharell Williams pour sa campagne « Start Pure ».

SOWINE_heineken #91 HEINEKEN (gain de 2 places) : les acquisitions sur les marchés émergents se poursuivent cette année, après l’achat en 2010 de Femsa Cerveza, qui rééquilibre le portefeuille sur une base européenne en baisse constante. La marque s’est intéressée à l’Afrique cette année, gagnant en capacité de production au Nigeria, et en entrant sur le marché du Sud Soudan via le rachat deux brasseries éthiopiennes. Par ailleurs stable au Brésil, où elle est fort présente depuis de nombreuses années, la marque continue d’expérimenter l’utilisation des médias sociaux. Heineken est actuellement en discussion avec Facebook concernant un accord publicitaire de plusieurs millions de dollars, a obtenu plus tôt dans l’année un accord avec Google sur une campagne, et se concentre sur la diffusion de clips sur Youtube dans le but de toucher l’importante cible des vingtenaires. En outre, son engagement sur la Ligue des Champions UEFA continue de construire la présence mondiale de la marque. Heineken accroit également ses efforts au niveau éco-responsabilité avec son programme sur 10 ans : « Brewing a Better Future ».

Au delà des débats sur la méthodologie employée pour les classifier et le caractère très US-centric de l’étude, je note que de nombreux commentaires explicatifs font écho aux stratégies d’activation de ces marques sur les réseaux sociaux, laissant à penser que la stratégie sociale est aujourd’ui déterminante de leurs succès respectifs et que l’interaction avec les fans et les communautés concernés impacte directement leur valorisation (voir aussi l’importance des campagnes sociales en publicité ici et ici).

Corona continue à asseoir un positionnement unique basé sur sa philosophie « vivre dans l’instant ».

Le numéro un de la bière au Mexique, et numéro un de la bière importée en Australie et en Amérique du Nord, est associé à un style de vie décontracté, aux vacances, et à la relaxation à travers ses symboles emblématiques, telles la tranche de citron vert et la plage.

Ces symboles sont repris à chaque point de contact, aussi bien au niveau des réseaux sociaux qu’à celui de la publicité plus traditionnelle.

La marque a su faire évoluer ce message, en invitant même ses fans, dans ses récentes campagnes, à trouver « leur propre plage ».

Cette année,  Corona a annoncé sa plus grande promotion de loterie au détail encore jamais organisée, offrant une chance pour ses clients de gagner l’un des 100 voyages au Mexique mis en jeu.

LIRE LA SUITE
Conférence du LUXE PACK : synthèse de notre présentation sur les tendances packaging des champagnes et spiritueux

BLOG_LuxePack

Comme annoncé ici, nous avons eu le plaisir d’intervenir récemment dans le cadre du LUXE PACK MONACO sur une conférence que nous avons intitulée : « Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging« . Pour multiplier les angles de vue, nous avons choisi de convier deux contributrices au regard et à l’expertise complémentaires : Hélène Grandjean, consultante indépendante et Nathalie Korzin, directrice de l’agence Design & Merchandising POPINKA.

Bouteilles nues, flacons spéciaux, boites cartonnées, packs festifs sur bouteille standard, coffrets cadeaux, packs 2 en 1 avec prime, icebag, coolbox, coffrets réutilisables, bouteilles en série limitée, packs concepts événementiels, co-branding et interventions d’artistes… Quel chemin parcouru depuis les caisses bois ! On n’ose même plus utiliser le terme d’emballage…

Nous avons ainsi illustré à quel point la dimension packaging dans l’univers du champagne et des spiritueux, depuis les dix dernières années, a connu un essor formidable, en partie poussé par le développement des marques de milieu de gamme qui sont venues bousculer les marques de luxe. Du flacon à l’étui, du coffret au pack présentoir glorifyer, le design packaging est bien devenu un véritable outil de communication au service de la marque, pourvu qu’il en respecte les codes, assure sa fonction de base, propose une qualité d’exécution sans faille et se place au service d’un objectif marketing principal établi à l’avance, réclamant des arbitrages budgétaires préalables :

> Les coffrets cadeaux & packs festifs pour assurer les parts de marché aux fortes périodes promotionnelles
> Les éditions limitées destinées aux volumes additionnels et favorisant l’achat d’impulsion
> Les packs concepts ‘hors norme’ créés pour activer la marque en hors-média et créer le buzz en relations presse et relations publiques

Nous avons ainsi rappelé que pour animer la marque en restant dans la cohérence, sans perturber ni l’image ni le positionnement prix, le packaging événementiel se doit de respecter quelques règles élémentaires :

> Rester un  packaging : ne pas être « gratuit » mais toujours être fonctionnel, au moins dans une fonction display.
> Rester sous la marque ombrelle : respecter ses codes.
> Rester en arrière plan du produit : assurer réassurance et légitimité.
> Rester à côté de la gamme permanente : nourrir la marque, ne pas la diluer (critères quanti : % max des volumes, critères quali : création-filiation )

Afin d’assurer la promesse de visibilité de la marque, en soignant clarté de l’offre et praticité de présentation, nous avons également traité la question de l’environnement de vente, ou comment penser le packaging en intégrant la réflexion sur la façon dont il vivra dans les circuits de commercialisation, que les produits soient distribués en circuit traditionnel ou spécialisé, on-trade ou off-trade, grande surfaces, cavistes ou travel retail. Nous avons par ailleurs choisi de porter une attention particulière aux caisses de transport, parfois délaissées ou peu considérées alors qu’elles jouent souvent un rôle important de présentation en display.

Enfin, nous avons choisi d’insister sur la notion de valeur-ajoutée consommateurs dans le contexte particulier de cette catégorie champagnes et spiritueux haut de gamme où il est donc question de créer du lien avec le consommateur et d’offrir une véritable expérience de marque, tant au moment de l’acte d’achat que sur l’instant de consommation. Et dans cette quête du beau et de l’utile, nous avons relevé trois points tendanciels majeurs qui vont impacter le développement des packs de demain :

1/ Packagings éco-responsables : valeur d’usage et matériaux recyclables. Les consommateurs de champagnes et de spiritueux haut de gamme sont sensibilisés et ont de plus en plus une conscience aiguisée de l’impact environnemental des packs et surpacks. Dans cette course qui frise parfois la surenchère, ils sont devenus attentifs et vigilants à la valeur d’usage et au choix des matériaux. Cette nouvelle donne engage également le cycle de développement des produits et impose une communication dédiée pour traduire cet engagement en matière de conception durable.

2/ Packagings intelligents : contenus de marque et réalité augmentée. De quoi le consommateur a-t-il besoin ? Sinon d’informations et de contenus à réelle valeur ajoutée, tant pour se décider sur le lieu de vente que pour s’inscrire dans une expérience sur les instants de consommation. Si le packaging participe de nourrir, voire de créer, de véritables rituels de dégustation -souvent polysensoriels et intégrant les notions de théâtralisation ou de gestuelle- l’utilisation des nouvelles technologies, notamment les QR-Codes et les applications autour de la réalité augmentée permettent d’amener du ‘rich-média’ et des contenus à valeur-ajoutée aux consommateurs au moment où ils en ont le plus besoin. Ces échanges entre le virtuel et le réel développent la sensorialité et permettent de toucher tous les sens. Ils participent de créer un lien particulier entre la marque et le ‘consom-acteur’.

3/ Packagings relationnels : programmes de fidélité et CRM. Cet axe de développement inscrit la relation avec les consommateurs dans la durée et permet, dans une forme incitative souvent liée à la rareté du coffret, de les transformer en véritables ambassadeurs de la marque. Si la fonction de base du packaging tient à une reconnaissance immédiate en rayon (12 secondes max. accordées), le packaging-objet durable permet de nouer un lien pérenne en proposant des relais vers des programmes de marketing relationnels et des dynamiques CRM de clubs.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.

LIRE LA SUITE
Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging

BLOG_Révolution_Design

Du flacon à l’étui en passant par l’étiquette, le design packaging des champagnes et des spiritueux a connu une véritable révolution ces dix dernières années.

Entre le flacon, l’étui écrin et celui offrant un véritable « plus produit » au consommateur, le packaging est devenu un outil de communication incontournable.

C’est sur cette thématique que nous intervenons le vendredi 21 octobre à 14h30 dans le cadre du LUXE PACK MONACO sur une conférence intitulée « Champagnes & spiritueux haut de gamme : la révolution du design packaging« .

Avec comme fil conducteur, les réponses aux questions suivantes : Dans quelle mesure le packaging des champagnes et spiritueux sert-il la stratégie d’image des marques ? Quelle est l’influence du packaging sur l’acte d’achat ? Le packaging prend-il le pas sur le produit lui-même ? Quelles sont les perspectives au regard des contraintes économiques, environnementales et légales ?

Nous serons bien sûr ravis de vous croiser sur le salon, avant/après la conférence, n’hésitez pas à nous contacter auparavant.

Programme de conférence : français | anglais.

LIRE LA SUITE
Comment les marques haut de gamme intègrent Facebook à leur communication ?

L2-SOWINE

Je vous propose de mettre en perspective les résultats de l’étude publiée en juin par le Think Tank L2 aboutissant au classement des 100 marques de prestige les plus investies sur Facebook : The L2 Prestige 100®: Facebook IQ.

1 minute sur 8 passées sur Internet se tient sur Facebook. Son influence sur les consommateurs et son importance dans les stratégies de communication des marques n’est plus à démontrer.

Cette étude, première du genre, met donc sur un même plan différentes marques luxe/premium. L’objectif étant de mesurer leur aptitude à intégrer Facebook dans leurs dispositifs de communication selon quatre critères : la taille et l’animation de la communauté, le brand content développé par la marque, l’engagement et la participation des fans dans l’animation de la communauté et enfin l’intégration de Facebook aux autres campagnes de communication. Incontestablement, les quatre éléments clés d’une démarche bien construite.

A ce titre, au nombre des observations de l’étude, on notera un rapport parfois inversement proportionnel taille de la communauté vs son engagement. En effet, certaines de ces marques utilisent encore Facebook comme un canal de diffusion unidirectionnel descendant et non comme un réel espace d’échange avec les ‘consom-acteurs’. Voir notamment les exemples des communautés Burberry (6,960,420 fans à date), Gucci (5,009,955 fans à date) et Chanel (4,195,109 fans à date), qui pourraient presque laisser penser que plus la base de fans est importante moins les membres intéragissent.

Du reste, dans cette même logique il est intéressant de relever que 20% des marques de luxe n’ont pas souhaité ouvrir leur mur (aka leur wall facebook). Mais fait majeur intéressant, les marques ayant opté pour cette stratégie vont devoir évoluer puisqu’à partir du 15 aout 2011, elles seront désormais tenues de laisser leur mur ouvert. Ces marques seront ainsi contraintes d’intégrer les prises de paroles de leurs fans. Autre remarque connexe : moins de 50% des marques intègrent un lien permanent vers leur page Facebook depuis leurs sites web et à peine un tiers des marques exploite le bouton « like ».

Aucune de ces marques n’exploite encore la brique F-commerce permettant de créer une boutique directement sur la fan page. Néanmoins, il se dit que certaines initiatives sont en cours et que cette technologie devrait être l’objet d’investissements importants l’année prochaine.

Les posts qui entrainent le plus de réactions de la part de la communauté concernent les produits. Les posts promotionnels (liés à un concours ou à une promotion) permettent d’augmenter la taille de la communauté de façon mécanique mais pas de façon qualitative puisque, en général, ces fans ne participent pas à l’activité de la page.

Autre dilemme, bien connu de ces grandes marques par ailleurs : la Globalocalisation, ou comment choisir entre une communication globale (mondiale) et une adaptation locale. Sans surprise, l’étude  démontre qu’il y a beaucoup plus d’intéractions lorsque la fan page est locale (par opposition à une page mondiale unique). A noter en best practice, la démarche entreprise par Johnnie Walker : la marque intègre une logique portail mondial regroupant ses 30 pages régionales. Johnnie Walker réussit ainsi le pari de faire participer activement ses fans sur les différentes pages régionales avec des niveaux d’intéraction records.

SOWINEprestige100facebook-j
S’agissant des résultats, même si le TOP 10 du palmarès est trusté par les marques de cosmétique et d’automobile, il y a tout de même deux marques d’alcools : #1 BMW, #2 Clinique, #3 Audi, #4 Lexus, #5 Bare Escentuals, #6 Benefit, #7 Bobbi Brown, #8 Johnnie Walker, #9 Belvedere, #10 Tory Burch.
Dans le reste du classement nous retrouvons : #21 Hennessy, #30 Rémy Martin, #34 Veuve Clicquot, #42 Cîroc, #56 Macallan, #62 Dewar’s, #62 Korbel, #68 Patron, #69 Ballantine’s, #76 Chivas Regal, #77 Louis Roederer, #89 Moët & Chandon, #92 Glenmorangie, #95 Krug, #97 Glenfiddich #100 Dom Pérignon.

Il y a donc 18 marques d’alcool dans le TOP 100 dont 5 marques de champagne, mais aucune marque de vin. Ce qui n’est pas très étonnant.

Si la sélection et le statut des marques haut de gamme sélectionnées, tout comme les motifs de gratification sont parfois discutables, cette étude a au moins le mérite de mettre en évidence certaines bonnes pratiques et les resistances constatées en matière de marketing conversationnel.

LIRE LA SUITE