Déplier/replier le menu
James Bond : le nouvel homme fort de Heineken

SOWINE-007
Nous avons déjà eu l’occasion de traiter sur ce blog la question du « placement produits » dans les stratégies de communication des marques d’alcool, de champagne et spiritueux en particulier (revoir Rémy Martin V avec Kelly Rowland ou Moët & Chandon aux Golden Globes).

Les placements produits dans les séries ou les films, en particulier les gros blockbusters sont l’enjeu d’intenses tractations, et bien sûr un excellent moyen -en France- de cohabiter avec les contraintes de la Loi Evin.

S’il est un personnage cinématographique ‘alcoocompatible’, plus délicat mais tout aussi assidu et séducteur que Don Draper dans Mad Men, c’est bien l’iconique James Bond, amateur d’excellent champagne et de martinis bien dosés, incarnant l’élégance, le style et le bon goût. C’est donc sans surprise que la sortie en fin d’année 2012 du nouvel opus SKYFALL attise les convoitises des marques d’alcool.

Et dans ce jeu de la séduction, il semble que la marque Heineken, bien connue pour sa créativité publicitaire (voir notre note The Cannes Lions Festival : créativité publicitaire dans les spiritueux et les bières) entend optimiser au maximum un investissement qui s’annonce sans précédent, toujours en soutien de sa plateforme d’activation « Open Your World ». Comme le rapporte Marketing Week, la campagne aka « The biggest activation of 007 ever » – dans laquelle Daniel Craig semble cette fois appelé à jouer un rôle- sera globale, relayée dans plus de 170 pays et multi-canale, avec un effort très significatif porté sur le digital et les réseaux sociaux.

A ce titre, il est intéressant de noter que la marque déclare vouloir faire rentrer James Bond dans leur plateforme et la promesse ‘Man of the World’ plutôt que d’injecter du Heineken dans 007, considérant que le personnage est parfaitement en phase avec leur motto.

Gageons que le film et la campagne proposés seront à l’image de la saga ‘The Entrance’ (lire note Heineken revient en force avec une nouvelle campagne publicitaire) plutôt que de ce dernier opus un peu fade pour Casino Royale avec Eva Green mais sans Daniel Craig :

Connexe à cette stratégie de placement produits, le développement des égéries publicitaires, souvent acteur et actrices. Sur ce thème, je vous engage à relire ces notes toujours actuelles sur la démarche :

Luxe et égéries : l’art de créer la légende

Les marques et leurs égéries : incarnation, impact et mémorisation

Création publicitaire, différenciation et attribution : Martini et George Clooney

Cointreau et Dita von Teese : deux années de strip tease

LIRE LA SUITE
I wish you all my Moët – Scarlett Johansson

En écho à ma note sur la nouvelle campagne Moët & Chandon signée par le photographe britannique Tim Walker, je vous propose de découvir ici la vidéo du making of « I wish you all my Moët…«  Je ne peux pas vous montrer la vidéo du making of « I wish all my Moët » pour cause de loi Evin, mais vous trouverez ici mes commentaires sur le sujet.

J’en profite pour revenir rapidement sur le rôle de l’égérie et son pouvoir d’attraction (voir la note Luxe et égéries : l’art de créer la légende), choix engageant et parfois risqué, mais souvent très payant en terme de notoriété et d’image projetée.

En l’occurrence, Scarlett Johansson fait la une des tabloïds depuis que son mari, l’acteur Ryan Reynolds, repéré aux bras de Sandra Bullock, a demandé le divorce le mois dernier.

Bien qu’il soit certainement malvenu de célébrer ce divorce au champagne, la perspective d’une Scarlett Johansson libérée est une aubaine pour Moët & Chandon. Toute la publicité entourant cette rupture ne pourra que réhausser le profil de l’actrice, sans ternir son image, et ces nouvelles photos glamours ne manqueront pas de traduire son aura Marilynesque. Que de bonnes nouvelles pour la Maison en fait !

C’est une règle bien connue : les scandales fabriquent les stars, le cas Kate Moss étant certainement le meilleur exemple en la matière… Reste pour les marques associées à gérer les crises lorsqu’elles surviennent, en témoigne le cas Tiger Woods…

LIRE LA SUITE