Déplier/replier le menu
« Ce qui compte pour les femmes, c’est que l’étiquette soit jolie » (sic)

BLOG_Ce_qui_compte
(Petit souvenir rapporté de notre tour du monde des vignobles)

J’étais interviewée récemment par le magazine Formes de Luxe sur le thème de la féminisation des codes dans l’univers des vins et spiritueux. L’occasion de revenir sur un sujet déjà largement abordé sur ce blog : lire ici, ici et ici.

Comme chaque année à cette saison, on assiste à une déferlante de promotions de boissons à la fraîcheur, à la couleur et à la pétillance estivales. Les aromatisés sucrés et fruités n’ont jamais tant fleuri dans les rayons des grandes surfaces que ces deux dernières années. Et les packagings toujours plus féminisés ne sauraient mentir : la femme est bien la (nouvelle) cible privilégiée du secteur des vins & spiritueux. Logique, puisque 51% des consommateurs de vin et de champagne sont… des consommatrices.

Qu’ils se placent dans une forme de communication girly, romantique, haute-couture ou ciblant la citadine, les vins et spiritueux semblent vouloir épouser la silhouette et l’identité de leur cible pour mieux la séduire –à l’instar de la cuvée Lady Style du champagne Malard. Inexorablement, on observe un développement non seulement des alcools adaptés aux « goûts féminins » -rosés, effervescents, aromatisés, alcools sucrés & cocktails colorés- mais aussi une « accessoirisation » de leurs contenants pour cibler une clientèle de femmes a priori (!) davantage sensibles à des codes esthétiques qu’à la valeur intrinsèque des vins.

Fruité, sucré & féminité !
L’univers des cocktails fait figure de précurseur en la matière : les cocktails saveurs litchi, pomme, poire et pamplemousse font florès, avec des exemples parlant comme les cocktails pétillants Soho de la marque Pernod. Après le succès de Soho Gloss, déjà condensé de « girly-tude » avec sa teinte framboise vive, la marque au parfum d’Asie mise sur une communication pastelle et aquarelle pour lancer ses deux nouvelles références acidulées « Hanami » et « Misao ». Une image de douceur et de raffinement qui invite davantage à un pique-nique chic au soleil entre filles qu’à une ambiance de fête nocturne…
Autre invitation au soleil d’un apéro en terrasse : le tout nouveau 51 Rosé aux extraits de fruits rouges à savourer en piscine. Cette innovation de la marque d’anisé est très maligne : parfaitement tournée vers une cible féminine, elle lui donne, clé en main, les « styles de consommation », avec notamment des accords avec « un barbecue chic » ou des « sushis raffinés, simples et légers ».

BLOG_Ce_qui_compte_2

L’alcool, une tendance mode comme une autre ?
Qui l’eût cru ? Alors que les goûts deviennent plus « féminins » par leur fruité et leur sucrosité, la communication qui accompagne cette direction ne cesse de s’approcher d’une ligne éditoriale de presse féminine délivrant des « modes d’emploi » didactiques de consommation. En témoigne tous les « conseils pour déguster un apéritif » listés en neufs étapes par 51 Rosé, ces nouveaux alcools s’inscrivent totalement dans la tendance de recherche d’expérience avant tout. Ce qui semble être consommé dès lors, c’est la proposition d’un « instant » avec ses codes et ses « protocoles » plus ou moins élaborés. Un mode de communication particulièrement appétant pour la cible féminine dont l’univers serait a priori beaucoup plus onirique et enclin à aimer le récit, l’imaginaire.

Des codes hors des sentiers battus pour une promesse d’expérience de consommation inédite
On dégusterait ainsi un rosé pamplemousse comme on consomme un magazine ? Les femmes ne seraient-elles que des consommatrices frivoles sensibles à une jolie étiquette ? La réalité n’est évidemment ni aussi simple ni (heureusement) aussi misogyne –pour en débattre, je vous recommande chaudement l’interview de Sandrine Goeyvaerts par Antonin Iommi-Amunategui « Vin de femmes ? Mes couilles, oui ! ». Prenons plutôt le parti optimiste (et féministe ?) de dire que les femmes, plus enclines à apprécier l’esthétique apportée à la communication des vins & spiritueux, sont, tout au plus, davantage sensible à la modernité ! Les alcools cherchent alors l’agrément féminin en allant quérir des codes nouveaux hors de l’univers classique des spiritueux.

Petit état des lieux
Depuis quelques années, les bouteilles s’inspirent du bijou – comme le gin Pink 47 dont la bouteille aux allures de pierre précieuse démultiplie les reflets roses de son étiquette ; de la haute couture – en atteste l’édition limitée du champagne Piper-Heidsieck par Jean-Paul Gaultier ; du flacon de parfum – à l’instar de l’audacieuse fiole rose de la « sparkling » liqueur Nuvo qui évoque davantage le packaging de la fragrance « Very Irrésistible » de Givenchy que celle d’une liqueur plus classique. Jusqu’à se travestir en accessoire de mode à l’image du « Shopping Bag LE KIR® » de la maison Lejay Lagoute qui, lancé cette année, assume totalement et avec réussite son envie de séduire en priorité ces demoiselles par son « look glamour ». Ou comment valoriser sa cible en lui proposant un produit idéal tant en termes de contenu que de contenant, en tirant clairement les codes de la catégorie vers le haut.

BLOG_Ce_qui_compte_3

Des exemples qui prouvent la réussite du mélange des genres auprès d’une cible féminine. Il me semble quand même qu’au-delà d’un plaisir esthétique effectif que ces approches procurent à ces dames, ces exemples en disent davantage sur les attentes du consommateur (postmoderne ?) en général que sur les seules attentes de la femme. En effet, comme autant de marqueurs d’une tendance qui se dessine dans notre société, ces alliances de codes d’univers différents soulignent toujours davantage la quête fondamentale d’expérience de la part des consommateurs modernes qui ne se satisfont plus uniquement du produit mais sont en recherche d’expériences, d’histoires, de moments uniques à partager. Autant de moyens de créer du lien. A ce titre, le lancement le 16 juin prochain lors du salon Vinexpo de Vinealove, le premier site de rencontres autour du vin, n’est peut-être pas si anecdotique…

LIRE LA SUITE
Classement des marques d’alcool : Interbrand « Best Global Brands 2012″

BLOG_Classement_Brands_2

Interbrand a publié fin 2012 son classement annuel des marques les plus performantes. Revenons donc avec un léger décalage temporel sur cette hiérarchie mondiale en écho aux notes parues sur ce blog en 2011 et en 2010.

Indétrônable Coca-Cola reste à la première place du classement. A noter dans le TOP 10, la surperformance des marques Apple (#2), et Samsung (#9) symboles de la bonne santé du secteur des technologies mobiles. Et bien sûr, en fait marquant, l’arrivée de Facebook (#69) pour la première fois dans ce palmarès.

S’agissant des marques d’alcool, voici les sept qui figurent toujours et depuis 3 années consécutives dans ce TOP 100. Pour rappel, le palmarès est préparé selon une métholologie privilégiant la valorisation financière.

Bud #31 BUDWEISER

(chute de deux places) : Budweiser a de quoi rester optimiste. Le nouveau design de sa canette reflète son positionnement contemporain et global, tout en s’éloignant de ses racines purement américaines. La marque sort de sa zone de confort (les états du centre du pays) pour toucher une cible plus urbaine grâce par exemple au festival « Budweiser Made in America » en association avec le rappeur et producteur Jay-Z. Si la marque sponsorise  la FA cup et  la coupe de monde de football 2014, elle innove aussi en digital avec la campagne » Track your Bud » qui permet au consommateur de retracer l’origine de sa bière via un QR code. Avec  44% de ses ventes hors des Etats-Unis, son marché global s’accroit, mais Budweiser connait des difficultés sur son marché national.  Ce qui soulève cette question : peut-elle devenir la première marque de bière mondiale si elle n’est plus leader sur son marché d’origine ?

Jack #81 JACK DANIEL’S

(chute de trois places) : la marque célèbre son 160éme anniversaire en continuant sa croissance. Le Tennessee Whiskey a plus d’amis sur Facebook (1,8 millions) que n’importe quelle autre marque d’alcool. Le site internet a été remanié et Twitter est habilement utilisé pour faire parler de la cuvée aromatisé  Tennessee Honey. Ses valeurs d’authenticité et d’intégrité s’expriment à différents niveaux. En interne les collaborateurs  intègrent l’héritage et les valeurs de la marque en participant au « Camp Jack » dans le Tennessee. Et Jack
Daniel’s est partenaire de l’université locale dans la sauvegarde d’arbres natifs de la région. Des valeurs citoyennes qui sont un atout pour la communication de la marque.

Jw #83 JOHNNIE WALKER

(gain de 5 places) : Johnnie Walker, le leader des scotchs whisky continue de jouer la locomotive dans le portefeuille de Diageo et présente la plus forte progression du classement. Ayant vendu 18,9 millions de caisses, (site de diageo) Johnnie Walker reste le whisky le plus vendu en volume et en valeur, et malgré ces volumes, la marque reste sur un positionnement premium global. Sa campagne africaine « Walk with Giant », son partenariat avec le blogueur chinois Han Han (le plus lu au monde), ou son association avec le porte-parole latino DJ Alex sensation, renforcent sa position sur les marchés émergents, et permet de compenser  la stagnation des marchés européens. Les tournois de golf Johnnie Walker Classic en Asie et Johnnie Walker Championship at Gleneagles renforcent quand à eux sa visibilité et ses racines écossaises. Enfin le packaging simple et élégant de la gamme est toujours aussi différenciant et la marque est capable de toucher des consommateurs sur de nombreux segments de prix, ce qui est un bon présage pour le futur.

Corona #89 CORONA

(chute de trois places) : Une grosse chaleur ? Une Corona avec une tranche de citron. Le nectar préfèré de Jacques Chirac est aussi une des plus grosse vente de bière importée aux USA et en Australie ainsi que la plus forte croissance du brasseur Grupo Modelo’s en 2011. Même si la marque est positionnée différemment en fonction des pays, Corona a la même stratégie globale autour du monde du sport et d’un style de vie décomplexé, jeune et festif. Pendant l’été 2012, la campagne “Corona Beach Getaway” a par exemple démontré que la plage n’est pas nécessairement un endroit physique, mais plutôt un état d’esprit… avec à la clé un gros succes sur les réseaux sociaux. Les codes couleurs et le graphisme des nouveaux packaging pour Corona Extra et Corona Light contribuent a améliorer la compréhension de la marque. Mais  la marque est touchée par la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat aux Etats-Unis, et Corona doit continuer de cibler la communauté hispanique américaine qui représentera 23% de la population en âge de consommer de l’alcool à l’horizon 2030.

Smirnoff #90 SMIRNOFF

(chute d’une place) : Diageo décrit Smirnoff comme “l’alcool premium distillé le mieux vendu au monde ». Une croissance à deux chiffres en Afrique et Amérique Latine, des dépenses en marketing en hausse de 10% et deux nouveaux parfums : crème chantilly et marshmallow.  Dans la lignée du « Nighlife Exchange Project », Smirnoff a lancé le “Smirnoff Midnight Circus” en collaboration avec David LaChapelle, un tour du monde des expériences clubbing. Le site internet de la marque ne parle pas seulement de cocktails, mais propose aussi un « nightlife guide » mondial. Smirnoff fournit toutes les informations pour faire passer a ses consommateurs la nuit dont ils rêvent, partout dans le monde.

Heineken  #92 HEINEKEN

(chute d’une place) : Heineken reste sur le devant de la scène. Son rachat complet de la bière thaïlandaise Tiger renforce sa présence en Asie. Ses campagnes de publicités sont toujours aussi mémorables à l’image de  « Heineken Star Serve » qui s’adresse à la fois aux serveurs et aux consommateurs et qui traite de l’art du service de la pression parfaite. La marque a le pouvoir de créer des conversations mondiales et organise des événements marquants comme son « nightclub design concept » pendant la semaine du design à Milan. Ses 11 millions de fans sur Facebook sont la preuve que la marque connait un succès mondial en maintenant une image haut de gamme.

Moet  #98 MOËT & CHANDON

(chute de vingt-et-une places) : Succès et glamour depuis 1743, la marque continue son numéro de charme en témoigne sa participation à la création du boutique hôtel White 1921, remplaçant la maison blanche de Saint-Tropez. Un bar permettra de se relaxer en dégustant du Moët Imperial Vintage 1921. Moët a aussi lancé Lounge Series, un programme dédié à la cuvée Nectar Imperial rosé. La maison sera le champagne officiel de la prochaine coupe de l’America qui se déroulera en septembre prochain à San-Francisco. Enfin, l’embauche d’une nouvelle agence spécialisée dans le digital augure d’une présence plus prononcée sur le web et les réseaux sociaux.

Enfin, au titre des enseignements transversaux, et cela n’étonnera personne, le rapport souligne dans la duynamque des marques gagnantes que les dispositifs et stratégies digitales gagnent encore en importance pendant que le sponsoring de grands événements semble toujours attirer les faveurs des leaders de l’industrie.

BLOG_Classement_Brands

LIRE LA SUITE
La nouvelle stratégie digitale et sociale d’Inter-Rhône

vins du rhone

Nous avons toujours beaucoup d’amour pour nos clients et d’enthousiasme pour les projets que nous conduisons avec eux…

Certaines réalisations sont toutefois marquées d’une saveur particulière, qui tient à de nombreux facteurs, aux nombres desquels bien sûr, la durée, l’ambition, la complexité, l’ampleur, le cadre d’intervention, le champ d’expression, mais aussi les équipes et la qualité des échanges nourris qui participent et contribuent à créer une alchimie particulière.

Le nouveau portail web de l’interprofession Inter Rhône réunit toute ces conditions. Fruit d’une longue et savoureuse collaboration, depuis l’audit et le diagnostic jusqu’à la formulation de la stratégie digitale et sociale, la rédaction du cahier des charges, le suivi de projet avec les équipes techniques et rédactionnelles : ce site nous renvoie à nos convictions avec le sentiment du travail bien exécuté -Merci à Octave & Octave et Angie pour leur complicité !

vins-rhone.com est une parfaite vitrine de notre démarche quotidienne sur le web, à la fois en termes de design et d’ergonomie, du point de vue de son ton et de son angle éditorial, mais aussi et surtout en matière de stratégie de contenus et d’engagement avec l’ensemble des points de contacts, qu’ils soient vignerons, blogueurs, ambassadeurs ou consommateurs. Avec une problématisation des enjeux consistant à traiter la question de l’identité numérique et de la prise de parole en contexte social et conversationnel, dans une logique multilingues, multi-pays, multi-cibles (adhérents, professionnels, consommateurs) et multi-communications puisqu’elles varient selon les pays ou zones géographiques.

Bien loin du site institutionnel, ce portail multilingue prodigue des informations exhaustives sur la Vallée du Rhone et ses vins, dans un traitement à la fois accessible et pointu, adpaté aux néophytes, amateurs et professionnels, sa construction s’appuyant sur quatre chaînes de contenus :
DÉCOUVRIR
| VISITER | PARTAGER | MAGAZINE > Planète Rhône.

Vins_du_Rhone_2

Un espace est bien sûr dédié à l’œnotourisme en Vallée du Rhône, également adapté dans une version mobile, appuyée par une cartographie et une iconographie riches, décalées et dynamiques.

Vins_du_Rhone_3

Transversal au site, dans un esprit deuxpointzéro, tête de pont de la démarche conversationnelle et de la stratégie d’engagement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Pinterest), le site dédie un espace entier au partage d’expérience : un véritable carrefour d’informations relayant les articles des bloggeurs du monde du vin et aggrégeant les blogs de vignerons.

Vins_du_Rhone_4

Fer de lance de la stratégie de contenus du nouveau site, le magazine Planète Rhône, riche et dynamique, est actualisé régulièrement et offre de nombreux échanges en transversalité sur le site.

A travers les différentes rubriques de ce magazine, le portail donne ainsi la parole au vignoble mais aussi aux amoureux du Rhône à travers le monde, qu’ils soient spécialistes ou amateurs. Et bien sûr, toutes les pages permettent aux internautes de partager leur expérience et d’échanger sur les différents contenus, qu’ils soient rédactionnels ou visuels.

Vins_du_Rhone_5

Une V1.0 qui a vocation à être en constante évolution… à suivre, donc !

LIRE LA SUITE
Mon papa est beau et fort, il boit du bon vin

Merci à notre amie Pauline @eyeswineopen -lire mes notes « Ces blogueuses qui aiment le vin » et « Un an après » pour en savoir plus- pour ce que j’appellerais un excellent clin d’oeil au débat récurrent sur la loi Evin. Excellent week-end à tous !

SOWINE_papa_est_fort

LIRE LA SUITE
Vinodyssée en Afrique du Sud : dégustation des vins de notre « vendange »

Chez SOWINE, nous profitons généralement du vendredi pour partager un moment « dégustation découverte » autour de produits que l’un ou l’autre des membres de la SOWINE Team veut faire découvrir aux autres. Aujourd’hui, nous dégusterons des vins d’Afrique du Sud : les vins issus de notre « vendange » dans la région -lire notre note à ce sujet ici.

Avec en prime quelques photos de notre Vinodyssée en Afrique du Sud, histoire de rêver un peu avant le week-end ensoleillé qui s’annonce… Cheers !

SOWINE_Vignobles_au_pied_de_la_Montagne_de_la_Table

SOWINE_I_Love_Wine

SOWINE_Domaine_Boschendal

SOWINE_Architecture_Cape_Dutch_2

SOWINE_Cap_de_bonne_Esperance_2

LIRE LA SUITE
Le jour où VINISUD entra dans l’ère du web 2.0…

Sowine-vinisud

Un accompagnement global de SOWINE pour le Salon VINISUD

LIRE LA SUITE
Un mois de février chaud et très 2.0 !

Janvier a filé, février est entamé, et si vous avez peur de vous ennuyer, voici quelques conseils pour que ce mois soit l’un de plus réussis de l’année !

BLOG_petitsmomentsdivresse

De la lecture : chez SOWINE, on a complètement craqué sur l’ouvrage « Petits Moments d’Ivresse » de Gustave Kervern & Stéphanie Pillonca. Une idée extra, celle de recueillir les souvenirs de moments d’ivresse des plus grandes stars. Et un résultat à la hauteur : à chaque page ses moments de sincérité et d’émotion mais surtout d’humour, avec quelques perles qui nous donnent le sourire chaque matin. Rien à voir avec le politiquement correct, mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Extraits : « Tu leur poses deux trois questions, c’est comme si tu interviewais un lave-vaisselle » ; « Les alcooliques au champagne, c’est quand même assez rare ! » ; « on a récupéré votre mari, il était en train de taper des drives sur l’échangeur de l’A6, faudrait venir le récupérer ». A se procurer au plus vite !

SOWINE_CowDe l’agriculture : avec le Salon de l’Agriculture qui ouvre ses portes au Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles le 25 février prochain. Avec un parcours « Bar & Cave à Vin, à la découverte des terroirs viticoles et des spécialités régionales ». L’occasion annuelle de replonger vers nos racines, en plein Paris.

 

Et de la viticulture avec l’incontournable salon Vinisud, réservé aux professionnels du vin, qui ouvre ses portes à Montpellier le 20 février prochain. Un salon convivial et dynamique comme on les aime. Cette année, SOWINE y anime le Pavillon 2.0, un espace dédié au web et au vin en plein coeur du Parc des Expositions. L’occasion unique de rencontrer tous ceux que le sujet intéresse de près ou de loin, d’échanger autour des ateliers, et de passer un bon moment en compagnie de professionnels du vin et de blogueurs venus du monde entier pour l’occasion. Et de découvrir en avant-première les résultats du baromètre SOWINE/SSI 2012, la première étude sur l’influence des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs de vin en France, qui seront présentés lors de la conférence « Mobilité, réseaux sociaux et géolocalisation. Comment satisfaire aux nouveaux usages d’Internet ? Conquérir des clients mobiles en France et à l’international ? » que nous animons avec Philippe Hugon le lundi 20 février à 15h.

BLOG_petitsmomentsdivresse1

Cheers !

LIRE LA SUITE
Le Grand Tasting de la Moustache

SOWINE-Carl-Wine
SOWINE Moustache Friday
oblige : alors que le salon du Grand Tasting bat son plein depuis son ouverture ce matin, nous souhaitions – après le Champagne et les Spiritueux – rendre cette semaine un hommage vibrant à la moustache et au vin.

Sur le volet packaging, découverte défrisante chez nos amis de YouWineBlog avec la gamme de Carl Wine.

Côté vignerons, notre coup de coeur 2011 ira aux bacchantes du duo Charlie et Nady Foucault du Clos Rougeard ! Vote unamime de l’agence pour les deux frères.

SOIWNE-ClosRougeard
Photo © Luc Manago

Et vous quel sera votre coup de coeur ? Quelle est la plus belle Moustache du Salon… ? Envoyez les photos !!!

Et n’oubliez pas : Moustaches Make A Difference

LIRE LA SUITE
SOWINE/SSI 2011 Barometer: internet, social networks and wine in France

SOWINE-barometer-eng

For our beloved English-speaking followers.

Publication of the results of the 2011 SOWINE/SSI Barometer, the first survey to study the influence of new technologies on the behaviour of wine consumers in France. It answers the questions posed by the wine industry: what relationship do the French have with wine? What are their sources of information and how important are new technologies? What role do social networks play and how do they influence the act of wine purchasing?

 

Where wine is concerned, most French people consider themselves to be novices: they want information and need to be reassured before buying

– 74% of the French questioned consider wine to be different from other alcoholic drinks. A majority (62.3%) consider themselves to be novices where wine is concerned.

– 63.8% of the French think at least some wine knowledge is necessary in order to appreciate it and 74.6% of those questioned believe it is essential to do some research before buying wine.

 

Internet and new technologies play an important role in the search for information prior to buying wine, ahead of traditional sources of information but behind advice from one’s entourage 

– Advice from one’s entourage is still the French consumers’ primary source of information before purchasing wine, with 46.8% of those questioned stating they seek such advice. 

- The Internet and new technologies rank fifth (13.3%), behind advice proffered by liquor stores (34.6%), wine specialists (15.3%) and advice directly from the vineyard (14%). Then come specialist wine guidebooks (7.7%) and specialised (4.4%) or the general (3.3%) press. 

- Blogs and forums devoted to wine are consulted by one in three purchasers, and producers’ websites by one in four, whilst fee-paying tasting note websites attract barely 5% of regular purchasers.

 

In France, whilst wine consumers are fairly active on social networks, their membership of online wine communities and use of cellphone applications are relatively low 

– Despite being relatively active users of generalist social networks (+5% compared with the population overall), barely 4% of regular purchasers belong to specialised wine-based networks and 6% to groups devoted to wine on generalist social networks. Oenological cellphone applications are not particularly popular either, with barely 21% of respondents claiming they find them useful.

- A critical mass of active users remains the key to success for a social network or a cellphone application, whether specialist or generalist.

 

Although the number of online purchasers is still relatively small, online purchases are substantially different from those that prevail in traditional channels of distribution

- 10% of the French say they buy wine online, and the typical purchaser is a young, urban male 

- Two in three people who use the Internet to prepare their purchase complete the purchase offline 

– The average amount spent on a purchase on the Internet is sizeably higher than the amount spent offline: the average budget (+102%) and the volume purchased (+90%) are practically twice as high.

 

WHAT IS THE OUTLOOK? 

The 2011 SOWINE/SSI Barometer confirms the special relationship the French have with wine and the increasingly important role played by the Internet and new technologies in pre-purchase research. However, it remains to be seen how the industry will develop the necessary tools to incite consumers to buy online and whether specialised social networks will manage to mobilize a sufficiently large member base to leverage their development in France.

The SOWINE/SSI Barometer is the first survey to study the influence of the Internet and new technologies on the behaviour of wine consumers in France. It was first published in 2010; this is the second edition.

 

SOWINE/SSI 2011 Barometer: survey of a sample of 1,200 people representative of the French population as a whole, conducted from 1 to 8 February 2011

LIRE LA SUITE