Déplier/replier le menu
Gundlach Bundschu et consors

De l’avantage ou l’inconvénient de la filiation pour une cinquième et sixième génération de vignerons. La famille Bundschu dispose d’un capital, un héritage : l’histoire d’une maison fondée à San Francisco en 1894. Avec un mythe fondateur : le tremblement de terre de 1906 puis la prohibition passsant par là pour une resurrection en 1973 avec un vignoble emblématique, le Rhinefarm Vineyard, dans la Sonoma Valley. La famille reçoit donc en patrimoine un nom : Gundlach Bundschu qu’elle choisit  naturellement de préserver et d’exploiter en nom de marque.

Pas facile facile pour la mémorisation ou même la prononciation. Certes, nous ne sommes pas dans la cour du sud-africain Buitenverwachting (d’origine huguenote basé dans la région du Cap en Afrique du sud voir aussi ici), mais convenons que ce n’est pas simple à retenir.

Donc quitte à disposer d’un nom compliqué et d’y trouver éventuellement sa différenciation, autant soigner sa reconnaissance par l’étiquette… Et cela les Bundschus l’ont visiblement intégré dans leur série Vintage Reserve Labels, une gamme de vins premiums ornés d’étiquettes célébrant le rôle historique de la vigne dans la culture à travers des représentation d’oeuvres d’art ou le travail d’artistes.

De façon policée, on dira que la réussite du concept est inégale (Cf l’égypte ou le sumérien…), mais il y a certaines idées amusantes (voir la lune ici et ici).

Lefantomedevermeer_3En revanche, c’est un succès remarquable avec leur tout dernier 2002 Vintage Reserve [100% Cabernet Sauvignon – Rhinefarm Vineyard, Sonoma Valley – lire communiqué ici].

Le tableau « Le Fantome de Vermeer » de Salvador Dali (The Ghost of Vermeer Which Can Be Used as a Table) se prête admirablement à l’exercice. C’est vraiment très réussi.

A noter pour les aficionados, l’exposition « Dali & Film » qui vient de s’ouvrir à la Tate Modern de Londres (lire article ici).

LIRE LA SUITE
Des verres et des étiquettes renversantes

Shapeglasses3

Shapeglasses1_2

Voici une idée novatrice en matière de verrerie : la superbe collection Inside Out, des verres à vin renversés, en mode négatif, conçus par la talentueuse designer néerlandaise ALISSIAmt.

Une très belle idée. L’objet révèle son contenu : tous les verres ont la même forme externe, mais, une fois remplis, laissent apparaître l’identité intérieure du récipient.

Cette gamme est complétée par des flutes à Champagne (à retrouver à l’achat chez Charles & Marie).

Reste donc maintenant à les éprouver en dégustation !

Konos Au rayon des idées renversantes, le lancement de la marque Kono Barú, étiquette à l’envers, par la division Three Loose Screws du groupe américain Sebastiani & Sons [Turn Your World Upside Down – lire article ici].

La marque à l’étiquette jaune annonce la couleur de suite : des étiquettes volontairement placées à l’envers pour traduire l’idée de vignobles répartis dans l’hémisphère sud [Intentionally Misplaced Labels from Well-Placed Vineyards Throughout the Southern Hemisphere].

Six variétés sur trois pays : Sauvignon Blanc, ‘Unwooded’ Chardonnay et Cabernet Sauvignon du Chili, Riesling et Shiraz d’Australie (à $12 la bouteille) et un Malbec d’Argentine (à environ $16).

Je suis curieuse de gouter ces vins car je crains que, dans le cas présent, la proposition, qui se veut milieu de gamme, soit avant tout marketing. La ficelle paraît un peu grosse…

Ceci dit, les dynamiques Sebastiani Brothers n’en sont pas à leur coup d’essai, ils ont même un division spéciale, The Other Guys, pour leurs projets décalés (en mode série limitée).

Dans ce cadre, ils sont notamment les instigateurs des marques Hey Mambo, Plungerhead ou Gino Da Pinot.

UapMention spéciale pour le vin Used Automobile Parts (en français : pièces détachées automobiles) à l’étiquette caligraphiée sobre et épurée. J’a-dore. Cela ouvre des perspectives de partenariat inouies. Un bainstorming intensif qui carbure…

On notera également sur leur site internet un usage remarquable des podcasts dans la communication sur les marques ou sur l’usage des bouchon à vis comme du ZORK.

LIRE LA SUITE
Innocent Bystander

Innocent_bystanderLors de notre passage sur la London International Wine & Spirits Fair 2007 fin mai, nous avons échangé de nouveau avec Phil Sexton, agitateur-vigneron australien installé dans la Yarra Valley. L’occasion de faire le point avec lui sur son actualité, en particulier sur le succès confirmé de son nouveau bébé : la marque Innocent Bystander et l’ouverture de sa Cellar Door.

Phil qui élabore et distribue également la marque premium Giant Steps n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il est à l’origine de la marque Devils Lair (avec Fifth Leg) fondée en 1980 dans la région de Margaret River puis revendue en 1997 au groupe Southcorp (racheté en 2005 par Foster’s – voir présentation ici).

Phil nous montre qu’on peut élaborer des vins de qualité et communiquer différemment. Innocent Bystander est un des meilleurs exemples de ces communications décalées et disruptives.

Innocentbystander_sowineUn site Internet, pour commencer : www.innocentbystander.com.au, hors normes (le temps de chargement également… vous avez le temps de vous couler un café), unique, qui parle de sa gamme avec sérieux et humour à la fois, avec un décalage certain pour créer l’envie.

Une campagne de communication au cinéma ensuite, dans la veine du site Internet, pour susciter la curiosité.

Un lieu convivial, désormais abouti, pour accueillir les visiteurs, à Healesville, au cœur de la Yarra Valley, porte ouverte sur la winery et promesse d’une approche différente autour de la dégustation. Volonté de mettre chacun à l’aise, de ne pas intimider. On y découvre les vins mais pas seulement : le lieu est conçu pour que chacun y partage un moment de détente dans un environnement moderne et décalé.

Une distribution limitée mais sélective, une présence chez les meilleurs cavistes indépendants et dans les bars « tendance » et restaurants de qualité.

Une appréciation élogieuse du vin enfin, par les spécialistes et les référents, qui confirme la qualité des cuvées.

Bref, après tout ça, on ne devient pas consommateur d’Innocent Bystander, on en devient adepte ! Distribué en Angleterre via OW Loeb.

Innocentbystander_2

LIRE LA SUITE
La créativité dans le pack

EtapesExcellent dossier sur le Packaging dans le numéro de Mai 2007 d’étapes, le mensuel du graphisme et de la création édité par le groupe Pyramyd. Le magazine – dont on peut souligner avec constance la qualité du contenu éditorial depuis de nombreuses années – propose dans ce numéro une photographie du pack français et européen. Il livre une analyse juste et bien illustrée des nouvelles tendances, avec un éclairage particulier sur les innovations pack en grande distri (voir notamment et Frü) et les scènes anglaises ou japonaises. Bref, à lire absolument.

On notera avec intérêt certaines initiatives dans le vins et spiritueux :

 

Hendricks_5Smokehead_2Bigredmonster_4

Chaumont_2A lire dans le numéro de juin que je viens juste de recevoir au courrier ce matin, un beau dossier sur « l’attrait de l’abstrait » dans l’oeuvre du designer américain Paul Rand (Eye-Bee-M) célébré cette année par le 18ème Festival de Chaumont (voir photos ici et ici).

En revanche, je m’étonne toujours de voir la pression publicitaire exercée par toutes les banques d’images de façon assez indifférenciée dans ce mag. Difficile de se faire une part de voix… Je relève seulement avec intérêt dans le numéro de Juin la campagne événementielle de Getty qui privilégie, elle, le jeu de typos web, plutôt que la photo pleine page…

A noter enfin : le blog d’étapes. Enjoy!

LIRE LA SUITE
The Juice

100 wines you should be drinking

En attendant la parution prochaine de la version 2008, vous pouvez consulter les excellentes recommandations de l’australien Matt Skinner dans The Juice 2007.

Amazon
Thejuice

LIRE LA SUITE