Déplier/replier le menu
Baromètre SOWINE/SSI 2015 : les Français, le vin, le champagne, les spiritueux et les nouvelles technologies…

COVER

Quels rapports les Français entretiennent-ils avec le vin ? Quels liens unissent le monde du vin et celui de la gastronomie ? Quels sont les comportements d’achat de vin en France ? Quelle place occupent les nouvelles technologies dans l’acte d’achat ? Comment les réseaux sociaux et les blogs orientent-ils la consommation de vin ? Quels sont les enjeux pour le vin et les nouvelles technologies ?

La 6ème édition du Baromètre SOWINE SSI/2015 lève le voile sur des comportements de plus en plus concernés et de plus en plus connectés.

 

LE RAPPORT DES FRANÇAIS AU VIN

Un véritable intérêt pour des Français majoritairement néophytes
S’ils sont encore nombreux (60%) à s’avouer néophytes en matière de vin et de champagne, 75% des Français témoignent d’un véritable intérêt pour cet univers. Ce que l’on pourrait appeler « le complexe français » est cependant toujours d’actualité : pour 65% des Français, il est nécessaire de connaître le vin pour mieux l’apprécier, et pour 70%, il est important de se renseigner avant d’acheter du vin.

Sources d’information et poids de la recommandation
Curieux et désireux d’approfondir leurs connaissances pour mieux apprécier le vin, les Français s’informent d’abord auprès de leur entourage (38%) -notamment via les réseaux sociaux- avant d’effectuer un achat. L’entourage supplante les professionnels (choisis à 23%) dans la recommandation d’un vin ou d’un champagne, alors que les sites Internet se classent en 3ème position des sources d’information consultées, avec 8% des réponses, ex aequo avec les guides spécialisés. Suivent les magazines et la presse (4%), puis les applications mobiles (2%).

Consommation de boissons alcoolisées : le vin en tête
À la question « quel type de boissons alcoolisées préférez-vous consommer ? », 34% des Français répondent privilégier le vin. Viennent ensuite les spiritueux et cocktails (22%), la bière (16%), puis le champagne et les vins effervescents (15%). En termes de catégories, les CSP+* consomment davantage de vins tranquilles que la moyenne (49%) ; les jeunes* déclarent quant à eux consommer autant de bière que de vin et de cocktails (respectivement 24%, 23% et 22%). Enfin, les femmes consomment 2 fois moins de spiritueux « sec » que les hommes, mais 2 fois plus de champagne et de vins effervescents (prosecco, cava…). A noter que 13% des Français ne consomment jamais de boissons alcoolisées !

LES LIENS ENTRE LE MONDE DU VIN ET CELUI DE LA GASTRONOMIE

Les Français, friands de gastronomie
Près de la moitié des Français (48%) se déclare intéressée par la gastronomie. Un intérêt qui se traduit, entre autres, par la fréquentation régulière de restaurants : 13% des personnes interrogées s’y rendent plus d’une fois par semaine (une donnée qui s’élève à 24% à Paris). Comme pour le vin, la recommandation de l’entourage est la première source consultée pour choisir un restaurant (59%). Les sites Internet et les applications mobiles sont force de recommandation pour 15% des Français, tandis que 8% privilégient les guides spécialisés.

Le vin indissociable de la gastronomie
Au palmarès des sujets les plus suivis sur les réseaux sociaux par les Français, la gastronomie gagne une place cette année et se situe en 2ème position, derrière la musique et loin devant le vin (13ème position). Cependant, le vin est considéré par les Français comme indissociable de la gastronomie : pour 75% d’entre eux, un bon repas se déguste forcément en compagnie d’une bouteille de vin. Une proportion qui atteint 90% chez les grands consommateurs* et une opinion que même les 18-25 ans partagent, à 68%.

Le choix du vin au restaurant
Pour choisir le vin au restaurant, 58% des Français se fient avant tout à leurs connaissances ou à celles de leur entourage, quel que soit leur niveau de connaissance. Ils font également confiance, pour 50% d’entre eux, aux conseils du restaurateur ou du sommelier, alors que 15% choisissent au hasard. Au moment de sélectionner le vin au restaurant, 6% des Français recherchent des informations via leur smartphone ; une proportion qui s’élève à 12% chez les jeunes.

L’INFLUENCE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

L’importance des blogs
Si 26% des Français consultent des blogs une à plusieurs fois par semaine, ils sont 17% à consulter régulièrement des blogs spécialement dédiés au vin. Parmi eux, 82% accordent une très grande importance aux conseils qu’ils y trouvent : un intérêt qui se traduit d’ailleurs pour 27% d’entre eux par la transformation en acte d’achat de vins qui y sont recommandés.

Le rôle des réseaux sociaux
Pour les Français, les réseaux sociaux doivent avant tout fournir des informations complètes sur un produit en particulier (62%). Ils cherchent également à y découvrir de nouveaux produits (26%) et à pouvoir y partager un avis sur les vins dégustés (14%). En 2015, 37% des Français ont déjà consulté un réseau social dédié au vin, et 17% d’entre eux ont acheté un vin qui y était recommandé.

Et les applications dans tout cela ?
En 2015, le nombre d’applications dédiées au vin et à la gastronomie utilisées par les Français est relativement stable : 37% des Français en possèdent au moins une sur leur smartphone ou tablette. Une proportion largement supérieure parmi les grands acheteurs (71%) et chez les jeunes (54%). Les attentes des Français vis-à-vis de ces applications résident avant tout dans les conseils qu’ils y trouvent pour choisir le vin, ex aequo avec les accords mets-vins (12%). 28% des détenteurs de supports mobiles ont déjà acheté du vin par ce biais, un chiffre largement en hausse par rapport à l’an dernier (9%).

LES COMPORTEMENTS D’ACHAT DE VIN

Consommer le vin : chez soi ou hors domicile
Les Français préfèrent consommer du vin dans la sphère privée, chez eux ou en famille (73%), puis chez des amis (29%). La consommation de vin au restaurant arrive en troisième choix (18%), suivie par les bars (6%). Parmi ceux qui consomment du vin au restaurant, la majorité le commande à la bouteille (44%) : un choix qui a la préférence des Français devant la consommation de vin au verre (19%) et en pichet (18%).

L’achat de vin sur Internet
La grande distribution reste en 2015 le circuit privilégié des Français pour l’achat de vin (55%), suivie par les cavistes (29%) et l’achat direct auprès du producteur (10%). Internet arrive en 4ème position avec 6%. Cette année, les Français sont plus nombreux à avoir franchi le cap de l’achat de vin en ligne : 30% contre 24% en 2014. Si, pour 57%, l’achat de vin sur Internet n’a lieu que quelques fois par an, les grands acheteurs sont plus de 50% à s’approvisionner en ligne au moins une fois par semaine. En tête des freins à l’achat en ligne : la peur de la casse (17%) et le montant des frais de port (14%). À noter que 27% des Français n’ont jamais acheté de vin en ligne car… ils n’y ont tout simplement jamais pensé !

Où les Français achètent-ils leur vin en ligne ?
Au premier rang des e-commerçants de vin, on retrouve les sites de producteurs, choisis par 50% des acheteurs de vin en ligne, suivis des sites de la grande distribution ex aequo avec les cavistes en ligne (35%), puis les sites de ventes privées (32%). Les box vin et les sites d’enchères de vin sont chacun choisis par 15% des acheteurs.

Retrouvez toutes les infographies du Baromètre SOWINE/SSI 2015 sur www.sowine.com/barometre

Le Baromètre SOWINE/SSI est la première étude consacrée au rapport des Français avec le vin, aux sources d’information, à l’influence d’Internet et des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs en France. Publié pour la première fois en 2010, le Baromètre SOWINE/SSI en est à sa 6ème édition.
Cette enquête indépendante a été réalisée par Survey Sampling International en mai 2015 sur un échantillon de 1111 personnes représentatif de la population française, âgées entre 18 et 65 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, sur la base des critères du sexe et de l’âge, par questionnaire auto-administré en ligne.

Pour plus d’informations, plus de détails sur les perspectives, et pour obtenir d’autres résultats chiffrés, contactez :
Sylvain Dadé | sylvain@sowine.com |+33 (0)6 67 36 55 63
Marie Mascré | marie@sowine.com | +33 (0)6 99 34 73 51

LIRE LA SUITE
Festival Omnivore 2015 : quand la mixologie entre en scène

Omnivore

Il n’y a qu’un seul endroit en France où vous pouvez vous gaver de pâté en croûte en écoutant Beyoncé sans rougir, un seul endroit où une marmite de tripes mijote tranquillement à côté d’un jus de mandarine, un seul endroit où le beurre revêt des allures de caviar et où un cocktail se boit et se lit comme une œuvre de Jackson Pollock : le Festival OMNIVORE !

Le Festival Omnivore vient de fêter ses 10 ans : 10 ans de découvertes culinaires toujours plus pointues, 10 ans de curiosités gastronomiques, 10 ans de jeune cuisine internationale et audacieuse. Le festival Omnivore joue brillamment son rôle de prescripteur en matière de tendances gastronomiques contemporaines, en invitant à chacune de ses éditions un parterre de chefs, de bartenders, d’artisans toujours plus inventifs et habités par leur passion. Cette année encore, Omnivore a fait bouger les frontières de la cuisine et a servi, pendant trois jours, matière à manger et à penser pour les mois à venir.

Parmi les tendances observées : une scène Cocktail qui bouillonne toujours autant d’idées et de mélanges improbables (relire Quand le cocktail devient moléculaire !), reflétant les initiatives en matière de mixologie venant de New York, Paris, Londres ou Shanghai (relire Mode des cocktails : new twists on old classics). Des accords mets-cocktails et la tendance des ‘foodtails’, créations spirituo-gastronomiques (cocktails à base d’ingrédients normalement utilisés en cuisine) qui ont encore de beaux jours devant eux. Enfin, le mélange des cultures et l’ouverture d’esprit comme maître-mots pour ces acteurs des tendances culinaires : c’est le restaurant Dersou à Paris qui s’est vu attribuer le prix de l’Ouverture, là même où ses accords venus d’ailleurs ont parfois suscité des réactions méfiantes, comme en témoigne son chef Taku Sekine lors de la remise de son prix sur scène.

Tout comme la jeune scène Street Food, la scène Cocktail donne la parole à des acteurs qui contribuent à casser les codes de leur propre secteur, mais aussi à déconstruire les habitudes de consommation. On pourrait citer ici le Marclee qui propose à ses clients d’associer le Saké à des mets japonais et The Beast qui met en avant l’accord mets-whisky, un accord initié il y a six ans déjà par les Single Malts Aberlour avec le Aberlour Hunting Club.

En attendant avec impatience la tendance du Spritz (voir cette excellente note du blog) au petit déjeuner, on a hâte d’entamer une nouvelle décennie 100% Jeune Cuisine.

Elise

LIRE LA SUITE
Aberlour Hunting Club édition 2014

Aberlour Hunting Club – Restaurant éphémère : plus que quelques jours avant d’entrer… au cœur du bois

20140917_Aberlour_270-700x465

Les amoureux des bonnes et belles choses ne seront pas déçus : pour la 5ème année consécutive, ABERLOUR donne le ton de l’automne en proposant un dîner exceptionnel, dans un cadre unique, sous le signe de l’impérissable lien qui unit la gastronomie et la chasse.

LIRE LA SUITE
Sixième édition des Menus de Légende : G.H.Mumm revisite les dîners de faveurs

Ce mercredi était lancée, au restaurant l’Apicius (Paris 8e) et en présence de journalistes et blogueurs, la sixième édition des Menus de Légende. Chaque année, les Menus de Légende de G.H.MUMM proposent, sur une idée de SOWINE, un voyage savoureux autour des Grands Crus de la célèbre Maison de Champagne -lire nos notes à ce sujet ici, ici et ici. Tour à tour, des Chefs prestigieux ont ainsi revisité les menus de l’Elysée (2010), rendu hommage aux maîtres de la haute-cuisine française (2011), retrouvé les fastes des menus servis à bord de moyens de transport mythiques (2012) et réinterprété les menus de deux banquets remarquables (2013).

Pour l’édition 2014 des Menus de Légende, G.H.MUMM, en collaboration avec SOWINE, a choisi de retrouver l’univers des « Dîners de Faveur ». Organisés à Paris au XXe siècle, ces repas mensuels rassemblaient des artistes et des personnalités du monde du spectacle, et étaient ponctués d’animations musicales, humoristiques ou poétiques.

Ce sont ainsi les Chefs Jean-Pierre Vigato (L’Apicius, Paris), Nicolas Magie (Le Saint-James, Bouliac), Sylvestre Wahid (L’Oustau de Baumanière, Les Baux-de-Provence), Mathieu Viannay (La Mère Brazier, Lyon) et Pascal Favre d’Anne (Le Favre d’Anne, Angers) qui sont cette année invités à revisiter les différents mets du quatorzième Dîner de Faveur, donné le 25 juin 1901, autour de la collection des Grands Crus G.H.MUMM. Courant juin, leurs créations seront à la carte de leurs restaurants – l’occasion pour les convives partir à la découverte de nouvelles saveurs, tout en retrouvant l’une des grandes traditions champenoises : les formalités de la dégustation, avec tout l’esprit de G.H.MUMM…

LIRE LA SUITE
Aberlour Hunting Club IV : ou comment célébrer avec justesse le savoir-faire artisanal et le goût de l’excellence

Aberlour_2013_2

Rares sont les soirées qui vous transportent dans une atmosphère particulière avec autant de véracité.

Pour la 4ème année consécutive, à l’occasion de la Saint-Hubert, le ABERLOUR HUNTING CLUB, restaurant éphémère, ouvre ses portes pour trois soirées exceptionnelles, les 5, 6 et 7 novembre prochain, dans un lieu unique et féérique.

Au cœur des Buttes Chaumont à Paris, le Pavillon du Lac se transforme, le temps de trois soirées, en cabinet de curiosités recelant d’objets d’arts cynégétiques. Niché dans le parc encore feuillu des Buttes Chaumont, le Pavillon du Lac devient pavillon de chasse aux couleurs de l’Ecosse accueillant les amateurs dans un cadre intime pour une dégustation en accord avec la haute gastronomie du gibier ses Single Malts d’exception.

L’environnement est plus vrai que nature, et l’atmosphère est véritablement celle d’un salon chaleureux où l’on aimerait volontiers allumer un feu en ces soirs frileux. Dans cette ambiance naturellement amicale, les artisans d’arts de la chasse à l’origine des objets rares du coffret ABERLOUR Signature présentent leur talent et leurs œuvres aux convives ravis…

Aberlour_2013_4

La dégustation des trois Single Malts 18 d’âge du coffret annuel se fait également en prologue du dîner. Cette année, c’est la Double Maturation en fûts de Sherry et de Bourbon que la distillerie met à l’honneur au travers de son coffret en édition limitée de 15 pièces seulement : ABERLOUR Signature.

Invitation à la rencontre de curiosités de l’univers de la chasse et de savoir-faire rares et uniques, cette édition est avant tout un rendez-vous avec la passion d’artisans d’excellence.

Aberlour_2013_1

Du travail minutieux et rigoureux du Master Distiller ABERLOUR s’exprimant dans les trois Single Malts du coffret dégustés en introduction au dîner, en passant par la patience et la précision des artisans d’arts créateurs des objets inédits du coffret ABERLOUR Signature, jusqu’à la haute maîtrise de la gastronomie d’Eric Pras chef triplement étoilé orchestrant ces trois dîners hors du commun, le ABERLOUR HUNTING CLUB célèbre cette année le savoir-faire artisanal forgé par le temps et l’expérience.

Sans aucun doute, ABERLOUR signe là l’une des plus belles éditions de son restaurant éphémère.

Aberlour Hunting Club restaurant éphémère, les 5, 6 et 7 novembre 2013 au Pavillon du Lac, Buttes Chaumont à Paris. 150 euros la place, réservations sur www.aberlour.com

Aberlour_2013_3

 

LIRE LA SUITE
Aberlour Hunting Club – Restaurant Ephémère : une troisième édition placée sous le signe de la transmission des savoirs

Aberlour_2012_4

Très bonne nouvelle : les réservations pour le restaurant éphémère Aberlour Hunting Club sont ouvertes !

Devenu un rendez-vous incontournable pour les amateurs de gibier et de single malts, organisé chaque année à l’occasion de la Saint-Hubert, saint patron des chasseurs, l’édition 2012 du restaurant éphémère Aberlour Hunting Club est placée cette année sous le signe de la transmission des savoirs :

LIRE LA SUITE
Quatrième édition des Menus de Légende avec G.H.Mumm : le rendez-vous gastronomique incontournable du printemps joue les prolongations

SOWINE_GHMUMM_
Alors que la quatrième édition des Menus de Légende G.H.Mumm, lancée en avril dernier, devait durer un mois, l’opération a été prolongée jusqu’à la fin du mois de juin dans tous les restaurants participants. Une belle preuve du succès de ce rendez-vous très particulier, devenu en quatre ans un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de gastronomie… et de champagne !

Depuis 4 ans en effet, sur une idée signée SOWINE, la Maison G.H.Mumm fait revivre des menus historiques retrouvés dans ses archives et propose à des Chefs étoilés de les réinterpréter à leur manière. Après la première édition lancée en 2009, ont suivi en 2010 les Menus de Légende à l’Elysée, puis en 2011 la réinterprétation des menus créés par de grands Chefs historiques.

Cette année, les Menus de Légende proposent de revivre des menus servis lors de grands voyages, sur des transports de légende : Orient-Express, Concorde et paquebots France et Normandie. Une façon très pertinente pour la Maison de toucher directement ses consommateurs en valorisant son patrimoine historique, et une jolie invitation au voyage gustatif et culinaire, en parfaite conhérence avec l’ADN de la marque !

Rendez-vous chez Thierry Drapeau -Le restaurant de Thierry Drapeau à Saint-Sulpice-le-Verdon, Pierre Gagnaire -Les Airelles à Courchevel, Stéphane Gaborieau -La Pergolèse à Paris, Jean-Marie Gautier -L’Hôtel du Palais à Biarritz, Jean-Yves Gueho -L’Atlantide à Nantes, Christian Le Squer -Ledoyen à Paris, Pascal Nibaudeau Le Pressoir d’Argent à Bordeaux, Christian Peyre -La Maison, domaine de Bournissac à Paluds de Noves, Christian Têtedoie -Têtedoie à Lyon et Sylvestre Wahid -L’Oustau de Baumanière aux Baux de Provence.

LIRE LA SUITE
Un mois de février chaud et très 2.0 !

Janvier a filé, février est entamé, et si vous avez peur de vous ennuyer, voici quelques conseils pour que ce mois soit l’un de plus réussis de l’année !

BLOG_petitsmomentsdivresse

De la lecture : chez SOWINE, on a complètement craqué sur l’ouvrage « Petits Moments d’Ivresse » de Gustave Kervern & Stéphanie Pillonca. Une idée extra, celle de recueillir les souvenirs de moments d’ivresse des plus grandes stars. Et un résultat à la hauteur : à chaque page ses moments de sincérité et d’émotion mais surtout d’humour, avec quelques perles qui nous donnent le sourire chaque matin. Rien à voir avec le politiquement correct, mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Extraits : « Tu leur poses deux trois questions, c’est comme si tu interviewais un lave-vaisselle » ; « Les alcooliques au champagne, c’est quand même assez rare ! » ; « on a récupéré votre mari, il était en train de taper des drives sur l’échangeur de l’A6, faudrait venir le récupérer ». A se procurer au plus vite !

SOWINE_CowDe l’agriculture : avec le Salon de l’Agriculture qui ouvre ses portes au Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles le 25 février prochain. Avec un parcours « Bar & Cave à Vin, à la découverte des terroirs viticoles et des spécialités régionales ». L’occasion annuelle de replonger vers nos racines, en plein Paris.

 

Et de la viticulture avec l’incontournable salon Vinisud, réservé aux professionnels du vin, qui ouvre ses portes à Montpellier le 20 février prochain. Un salon convivial et dynamique comme on les aime. Cette année, SOWINE y anime le Pavillon 2.0, un espace dédié au web et au vin en plein coeur du Parc des Expositions. L’occasion unique de rencontrer tous ceux que le sujet intéresse de près ou de loin, d’échanger autour des ateliers, et de passer un bon moment en compagnie de professionnels du vin et de blogueurs venus du monde entier pour l’occasion. Et de découvrir en avant-première les résultats du baromètre SOWINE/SSI 2012, la première étude sur l’influence des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs de vin en France, qui seront présentés lors de la conférence « Mobilité, réseaux sociaux et géolocalisation. Comment satisfaire aux nouveaux usages d’Internet ? Conquérir des clients mobiles en France et à l’international ? » que nous animons avec Philippe Hugon le lundi 20 février à 15h.

BLOG_petitsmomentsdivresse1

Cheers !

LIRE LA SUITE
Aberlour Hunting Club – Restaurant éphémère : réservations ouvertes !

BLOG_AHC_Réservatiosn_ouvertes

Envie d’un dîner unique dans un cadre non moins exceptionnel ? Depuis ce matin, vous pouvez réserver votre table pour la seconde édition du Aberlour Hunting Club !

LIRE LA SUITE
Pépin le Brut, la nouvelle boisson sans alcool de la Maison le Paulmier

Vous vous souvenez sans doute de Pommillon, le premier jus de pommes bio pétillant sans alcool haut de gamme lancé il y a deux ans par Benoît Simottel, fondateur de la Maison Le Paulmier. Récompensé par un Coq d’Or du Guide des Gourmands, -LA référence des guides pour les gourmands, dont l’édition 2012 vient de paraître-, Pommillon était le premier né de sa collection de jus haut de gamme, suivi bientôt par Pépinelle, sa déclinaison en version rosé, aux infusions de fleurs.

SOWINE_Pepin_Le_Brut De cette jolie histoire naît aujourd’hui Pépin le Brut, une boisson pétillante artisanale sans sucre ajouté, fruitée et acidulée, assemblage des baies, des fruits et des épices du monde : elle réunit canneberge, gingembre et pommes de France pour un cocktail coloré de saveurs fraîches et citronnées.

Avec l’arrivée de Pépin le Brut, la Maison le Paulmier complète idéalement sa Family Collection, autant de produits innovants, naturels et savoureux créés pour toute la famille. Tous travaillés avec le fruit des vergers, ils sont élaborés uniquement selon des méthodes traditionnelles.

Au-delà des produits, qui sont excellents, et de la pertinence de la gamme -deux autres collections complètent la Family Collection : la Collection du Bocage, qui regroupe son cidre et son poiré du bocage, et la Collection Gourmande, qui rassemble ses vinaigres et autres délicieux condiments-, ce que j’aime chez Le Paulmier, c’est la poésie qui entoure chacun de ses produits.

SOWINE_Family_Collection Véritable artisan du verger et du bocage, entièrement dédié à la sauvegarde de la biodiversité de sa Normandie d’origine, Benoît Simottel met toute son énergie non seulement dans l’élaboration de ses excellents produits mais aussi dans les jolies histoires qui les ont fait naître, pour le plus grand plaisir des petits et des grands. A (re)découvrir de toute urgence dans les meilleures épiceries fines en France, en Suisse et au Japon.

Rendez-vous avec PÉPIN le Brut :
La Grande Epicerie de Paris – 38 rue de Sèvres – Paris 7
Dmets Dvins – 15 rue d’Auteuil – Paris 16
L’épicerie – 23 rue des Saints Pères – Paris 6
Épicerie Rive Gauche – 8 rue du Champs de Mars – Paris 7
Liste complète des points de vente sur www.le-paulmier.com

Toutes les actualités Le Paulmier et autres idées de cocktails à suivre sur la page Facebook www.facebook.com/lepaulmier

LIRE LA SUITE