Déplier/replier le menu
Thank God you’re a man

Nouvelle illustration de l’excellence des bières dans la créativité publicitaire, cette campagne GOLDSTAR à l’accroche puissante et inspirée : « Thank God you’re a man. »

SOWINEgoldstar1

SOWINEgoldstar2

SOWINEgoldstar3

Pour aller plus loin revisitez les campagnes mémorables de Budweiser ou Guinness dans ma note ‘Création publicitaire dans les vins et les alcools‘, explorez le cas Stella Artois ou retrouvez l’excellente campagne Heineken.

LIRE LA SUITE
Publicité dans les alcools : Heineken sort du placard

Pour poursuivre ce début d’année sur une note enjouée, je vous engage à visionner la dernière campagne Heineken pour le marché néerlandais. Une nouvelle démonstration de la créativité publicitaire comparée des bières dans le segment des alcools (lire mes notes ici et ici) et la fraicheur d’un ton auquel Heineken ne nous avait plus habitué… Une saga en devenir ? Un futur Lion à Cannes ? En tous cas, cela fait envie et paraît très pertinent. A suivre.

LIRE LA SUITE
Création publicitaire toujours en berne pour les vins et les alcools

En examinant le palmarès du prestigieux Festival International de la Publicité qui se tenait à Cannes fin juin, et dont le Grand Prix (Film) récompense le Gorille Cadbury, je fais le même constat que l’année dernière : la créativité publicitaire de la catégorie Alcoholic Drinks reste très pauvre.

Outre les deux publicités dont nous avons déjà parlé : la fameuse partie de dominos Tipping Point de Guinness et le film Sea de Smirnoff au goût de déjà-vu, tout deux Lions de Bronze, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent… sinon les films Carling Out et Space célébrant l’amitié masculine tout deux Lions d’Argent.

Je suis même plutôt circonspecte du Lion de Bronze du film australien Skytroop pour la marque de bière Carlton (Foster), surtout spectaculaire, mais dont la chute et la signature ‘Made from beer‘ me laissent assez perplexe…

Le site web de Stella est bien sûr au palmarès (lire mon billet ici) et une seule campagne retient mon attention : il s’agit de la série pour le whisky Jim Beam :
Damn Right Your Dad Drank It
.
Une vraie réflexion. Un axe déclinable. Un univers de communication. Une bonne DA. J’adore.

SOWINE_CanadianClub2_Large

Your Mom Wasn’t
Your Dad’s First

He went out. He got two
numbers in the same night. He drank cocktails. But they were whisky cocktails. Made
with Canadian Club. Served in a rocks glass. They tasted good. They were
effortless. Damn Right Your Dad Drank It.

 

SOWINE_CanadianClub

Your Dad
Never Tweezed Anything

He didn’t
do pilates. Moisturize. Or drink pink cocktails. Your Dad drank whisky
cocktails. Made with Canadian Club. Served in a rocks glass. They tasted good.
They were effortless. Damn Right Your Dad Drank It.

SOWINE_CanadianClub3

Your Dad
Had Groupies

He soled. People paid to see
him. He drank cocktails. But not in martini glasses. They were whisky
cocktails. Made with Canadian Club. Served in a rocks glass. They tasted good. Damn
Right Your Dad Drank It.

LIRE LA SUITE
Mieux que les fléchettes

Vu sur le blog Martini Groove. Rafraichissant, non ?

LIRE LA SUITE
Tuborg et le monde du silence

« The summer starts here » : la dernière campagne publicitaire pour la bière danoise Tuborg, dévoilée l’été dernier, utilise l’univers sous-marin pour mettre en avant le produit : la capsule y est détournée pour illustrer une tortue, un poisson, un hippocampe et un homard. Une invitation au voyage et à la découverte des fonds sous-marin proposée également par Nicolas Feuillatte dans sa dernière campagne -lire ma note à ce sujet ici.

Sowine_tuborgfish
Sowine_tuborglobster
Sowine_tuborgseahorseJe suis partagée quant aux
différentes lectures possibles de cette campagne Tuborg.

D’un côté, je comprends l’adéquation entre les valeurs véhiculées par la marque –
jeunesse,
fun et fan de musique- et le côté décalé de la campagne. En lançant en été la
campagne « The summer starts here », la mise en avant des codes de la
mer, de l’eau et de la fraîcheur est percutante et efficace. La simplicité des visuels
permet d’asseoir la marque dans un univers jeune et jovial,
en phase avec la cible. De plus,
je la trouve esthétiquement plutôt réussie.

D’un autre côté, les visuels utilisés ici arrivent en
rupture avec
les valeurs de la
marque, plaçant le produit dans un environnement calme et pur. Sponsor de plusieurs festivals de musique au Danemark et ailleurs en Europe, Tuborg
exprime sa volonté d’être l’ambassadeur d’une jeunesse moderne.
A partir de là, quelle est l’adéquation entre un univers festif, musical et bruyant et le
« Monde du Silence » ? Ou bien est-ce justement, la volonté de Tuborg
de porter un regard décalé sur le « Monde de Silence »  ?

Ceci dit, ces visuels, même s’ils rappellent largement  les campagnes  d’autres marques de bière, confirment la capacité des  brasseurs à faire preuve d’une réelle créativité dans leurs créations publicitaires,  a contrario des autres  catégories d’alcools -lire ma note sur le sujet ici.

LIRE LA SUITE
Inspiration et créativité publicitaire : derniers visuels Pepsi et Stella Artois

Inspiration en dehors de l’univers des alcools, mais en restant dans celui des boissons : trois visuels développés par l’agence BBDO Germany à Düsseldorf pour la campagne ‘Dare for More’ de Pepsi. Je trouve l’ensemble vraiment réussi, en phase avec la cible -surfing, skiing, climbing-, une communication qui apporte une vraie fraîcheur et du rêve, avec une véritable recherche esthétique et graphique.

Sowine_pepsisurfing

Sowine_pepsiskiing

Sowine_pepsiclimbing La campagne vient de remporter le prix outdoor aux derniers Epica Awards, qui récompensent la créativité publicitaire européenne.

Les Epica Awards viennent aussi de récompenser, dans la section boissons alcoolisées, catégorie films, le spot publicitaire ‘The Tipping Point’ de Guinness, dont je vous parlais ici et ici et dans la catégorie sites internet, la superbe vidéo ‘Le Courage’ du site Stella Artois, que je vous présentais il y a quelques semaines ici.

Je vous invite, si vous ne l’avez déjà fait, à découvrir les campagnes et site en question via les liens que j’ai indiqués. Et j’en profite pour publier les magnifiques visuels développés par Jean-Marie Vives pour accompagner le lancement du site Stella Artois. Plus d’info sur l’excellent blog de la marque, en particulier ici et ici. Encore une fois, les marques de bière creusent l’écart en terme de créativité publicitaire sur le segment des alcools -lire ma note à ce sujet ici.

Sowine_stellasun SUN : « Welcome to 1366. Over 600 years ago, people saw the world with different eyes. They believed that the flaming sun was extinguished each night when it sank in to the sea. So when the beer export took off from Leuven, it was seen as a heroic act to be a sailor onboard the ships. We still believe today what they believed back then. Perfection has its price« .

Sowine_stellalightning LIGHTNING : « Welcome to 1366. Over 600 years ago, people saw the world with different eyes. It was believed that thunder and lightning were caused by the wrath of the Gods. Yet despite the danger, the people of Leuven never hesitated to venture into the fields to bring in the harvest. We still believe today what they believed back then. Perfection has its price« .

Sowine_stellafalling FALLING : « Welcome to 1366. Over 600 years ago, people saw the world with different eyes. The risk of falling off the end of the world was an ever-present danger. So when the people of Leuven set out to brew the perfect beer, their long journeys to find the finest hops were considered an act of bravery. We still believe today what they believed back then. Perfection has its price« .

LIRE LA SUITE
Le dernier spot publicitaire de Guinness

Le voilà, le fameux spot Guinness The Tipping Point que les internautes étaient invités à aller découvrir via un jeu de piste sur le web -lire ma note à ce sujet ici. Pas de doute, la récompense est à la hauteur : le film est impactant, la mise en scène spectaculaire. Un an de production, une semaine de tournage en Argentine à 3000m d’altitude… et un coût impressionnant : 15 millions d’euros.

Je me pose cependant la question de la stratégie de la marque par rapport à cette communication : l’objectif de Guinness est-il seulement de marquer les esprits ? De créer un buzz autour du spot publicitaire « le plus cher de tous les temps » ? De renforcer son développement en Amérique Latine ? De montrer que même au fin fond des villages les plus reculés de la planète, tout le monde peut boire de la Guinness ? De prouver son attachement à être la bière de référence, même sur des marchés où on ne l’attend a priori pas ?

Le fait qu’on soit ici en rupture avec les codes adoptés par la marque dans ses dernièrs films publicitaires -créativité, scénario impactant mais toujours un lien direct avec l’univers anglo-saxon, comme dans la superbe campagne NoitulovE dont j’avais parlé ici- me fait m’interroger sur l’impact réel de cette création auprès des consommateurs de Guinness, déjà acquis et surtout potentiels. L’enthousiasme -par aileurs justifié- soulevé dans la monde la création publicitaire et dans la sphère Internet sera-t-il partagé par la cible finale, et transformé en notoriété et en ventes ?

LIRE LA SUITE
Guinness et la publicité participative

Sowine_guinnessSur le même principe que celui développé par Clan Campbell avec les Nuits des Clans (lire ma note ici), la marque de bière Guinness invite les internautes à partir à la découverte de sa nouvelle pub, cachée quelque part sur Internet. Une série d’indices et de messages cachés sont soumis à la perspicacité des amateurs, à commencer par le teaser que voici. Je n’ai pas tenté l’expérience mais serai curieuse de découvrir la pub en question : sauf à ce qu’elle soit vraiment créative, n’est-ce pas risqué de proposer comme seule « récompense » aux participants du jeu de piste de pouvoir visionner un film commercial, quand bien même le challenge consiste à être parmi les premiers à le voir ?

LIRE LA SUITE
Les aventures de Heineken avec la loi Evin

Sowine_heineken_small_9Alors que mi-septembre, la marque de bière néerlandaise Heineken se voyait contrainte par le Tribunal de grande instance de Paris de retirer son matériel publicitaire -bannières en particulier- des lieux où il avait été mis en place à l’occasion de la coupe du monde de rugby (les cafés entre autres), ce sont maintenant quatre de ses visuels publicitaires qui sont interdits de diffusion.

 

 

Sowine_heineken_16 Pour résumer, le principe édicté par la loi Evin est clair : toute publicité pour des alcools ne peut mettre en avant que des éléments « objectifs » liés au produit, et ne doit pas inciter à la consommation par l’utilisation d’éléments subjectifs. Dans ce cas précis, les visuels montrent le produit et ses éléments afférents transposés sur le terrain de rugby : bock ou capsule en lieu et place du ballon, bouteilles disposées en forme de figure de jeu. Et l’accroche « for a fresher world » -pour un monde plus frais- n’est pas non plus valable au regard de la justice.

Comme toujours dans ces cas là, les deux parties (la plainte a été déposée par l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Adictologie, l’ANPAA) estiment avoir respecté la loi -qui peut donner lieu à interprétations. Heineken a d’ailleurs décidé de faire appel de cette décision.

Là où la démarche devient hypocrite, c’est d’une part dans la condamnation d’une marque qui est pourtant autorisée à parrainer la coupe du monde de rugby (et le rugby en général), et d’autre part dans le présupposé qui voudrait que ces publicités influencent réellement ceux qui les voient. Les supporters de rugby sont bien loin d’avoir besoin des visuels pub pour avoir envie de se faire plaisir en consommant de la bière…

Au-delà des aspects législatifs et sanitaires, c’est aussi la question de la créativité publicitaire dans le secteur des alcools qui est en question : si, depuis 1991, la loi Evin a incité les marques (bières et spiritueux en tête, voir à ma note à ce sujet ici) à sortir des stéréotypes et à être encore plus créatives en matière de communication publicitaire, l’une de ses incohérences réside dans le fait qu’elle n’interdit pas toutes les formes de publicité et contraint les marques, en toute logique, à chercher des moyens de contourner la loi tout en la respectant. Et le choix de certaines marques de développer des campagnes publicitaires en deux versions, l’une pour la France et l’autre pour l’international, n’empêche pas, avec la multiplication des nouveaux médias, la diffusion auprès des consommateurs de créations publicitaires hors loi Evin.

Du coup je vous laisse apprécier le film pub Heineken pour la world cup, non visible sur les écrans français. Mais n’oubliez pas : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération !

LIRE LA SUITE
Stella Artois : nouveau site internet immersif

Sowine_stellaMardi dernier, Stella Artois a lancé son nouveau site internet conçu par Lowe Worldwide.

Croyez moi, ce site ‘nouvelle génération’ va faire date. Je suis bluffée par la fluidité et la qualité de ce site immersif et cinématique, remarquable en tous points, associant contenus flash et vidéos, animations interactives et spots ‘traditionnels’. C’est d’autant plus surprenant que je n’attendais pas Stella sur ce terrain.

Revenant aux origines de Stella en 1366, traversant les âges et remontant 650 ans d’histoire et des temps de grands dangers où il s’avérait bien difficile de survivre et de tirer la bière parfaite, le site défie l’internaute de différentes façons, notamment à l’aide d’advergames très amusants.

Sowine_stella_web

L’expérience de marque est puissante et la scénarisation / théatralisation du produit réassure sur la qualité de la bière Stella Artois.

Je n’ai pas encore trouvé le temps d’explorer le site dans tous ses recoins mais je vous engage à le faire dès à présent. Je n’avais pas vécu d’expérience aussi immersive depuis les sites Absolut, Smirnoff ou Grey Goose (dans sa version internationale actuelle -malgré son temps de chargement trop long- puisque la version US du site nouvelle génération présentant leur dernière campagne me laisse, comme cette dernière, sur ma faim).

Sowinestella_4 Donc un sacré coup de chapeau à Stella qui avait déjà récemment attiré mon attention, cette fois en ‘print’ avec le graphisme de ces trois visuels :Sowine_stella2

Sowine_stella1

et dans La Famille Artois, via la formidable campagne Peeterman Artois par Lowe London :

Sowine_artois1 Sowine_artois2 Sowine_artois3 Sowine_artois4

Je suis tellement enthousiaste que j’ajoute leur blog dans mon Google Reader.

LIRE LA SUITE