Déplier/replier le menu
Duvel Tripel Hop millésime 2010 : ou quand Facebook fait renaître une bière d’exception

SOWINE_Duvel_Tripel_Hop_detail Pour ceux qui se posent encore des questions sur le poids des réseaux sociaux et sur le rapport que les marques entretiennent avec leurs consommateurs par ce biais, voici une histoire qui devrait en convaincre plus d’un : la bière Duvel Tripel Hop millésime 2010 est sans doute la toute première bière née d’un pari et aidée par Facebook !

Tout commence par le pari lancé en 2010 par le directeur marketing de la brasserie Duvel lors d’une discussion avec les « Lambikstoempers », un club belge d’amateurs de bière. A ces derniers qui déploraient de ne plus pouvoir déguster la bière Duvel Tripel Hop, qui avait fait l’objet d’une édition unique en 2007 et dont le stock s’était écoulé en quelques jours, il propose de rééditer la cuvée s’ils réunissent 10.000 demandeurs.

En créant le groupe « Nous voulons la Duvel Tripel Hop » sur Facebook, les « Lambikstoempers » réunissent en quelques jours… 17.000 fans. Et remportent leur pari !

Lancé à l’automne dernier en Belgique, le millésime 2010 de la Duvel Tripel Hop est aujourd’hui disponible en France… en édition limitée, bien sûr. A se procurer d’urgence, donc, que ce soit pour découvrir ses qualités particulières, ou pour en faire un collector !

SOWINE_Duvel_Tripel_Hop_Verre Caractéristiques : un processus de brassage particulier et un goût unique. 3 variétés extrêmement qualitatives de houblon ont été sélectionnées pour cette cuvée, dont les variétés Saaz-Saaz et Styrian Golding utilisées pour la Duvel classique, complétées par du houblon Amarillo. Le processus de brassage est lui aussi particulier : le « dry hopping » ou houblonnage à sec, adjonction supplémentaire de houblon à un stade ultérieur du processus de brassage, permet de générer une palette plus riche d’arômes de houblon et une amertume plus poussée.

La Duvel Tripel Hop est disponible dans les caves à bières parisiennes et sur le site www.latelierdesbieres.fr

Prix public constaté : 18 € le flacon de 750 ml – 9,5 % vol. d’alcool

LIRE LA SUITE
Heineken revient en force avec une nouvelle campagne publicitaire

En 2009, je vous présentais sur ce blog l’excellente campagne Walk in Fridge (revoir ma note Heineken sort du placard et Heineken Walking Fridge) qui a connu un très grand succès populaire et créatif (relire ma note Créativité et efficacité publicitaires dans les alcools)

La bière positionnée au rang #93 dans le dernier classement Best Global Brands des marques d’alcool revient donc cette année avec une nouvelle campagne dans une posture plus sportive, ludique et innovante à laquelle je prédis un grand avenir viral.

Je vous engage donc à voir absolument ce spot intitulé « THE ENTRANCE » qui intègre la nouvelle tagline « Open Your World ». The man made quite an entrance… A visionner sans modération !

Pour consulter l’ensemble de nos posts sur la marque Heineken, cliquez ici.

LIRE LA SUITE
Duvel, ou comment déguster une bière de spécialité dans les règles de l’art avec Denis Meyers

Moortgat

J’ai eu la chance de visiter récemment la brasserie Duvel-Moortgat en Belgique, où est élaborée la bière de spécialité Duvel. Une délicieuse expérience, particulièrement pour moi qui, en tant que Champenoise, ne peux qu’être attentive à un produit qui, comme le champagne, subit une seconde fermentation en bouteille !

En Belgique, la Duvel est un vrai symbole, apprécié par une véritable communauté de fans qui ne jurent que par elle. Et c’est grâce à sa seconde fermentation en bouteille que la Duvel est reconnue partout dans le monde comme la référence des bières de spécialité.

Duvel_33_cond_RVB Autre particularité : la Duvel n’existe qu’en bouteille… et ne se déguste qu’avec son propre verre ! Créé en 1960, le verre Duvel, en forme de tulipe, est conçu pour recevoir la contenance des flacons de 33 cl. Le bulbe distille les parfums et arômes de la bière et permet de mieux sépare la bière de la mousse. Gravé d’un D à l’intérieur du pied, il fait pétiller légèrement la bière jusqu’à son col de mousse caractéristique. Rétréci dans sa partie supérieure, il conserve le gaz carbonique et le col de mousse blanche.

À l’occasion des fêtes de fin d’année, Duvel invite à vivre le rituel de dégustation avec le premier verre de la Duvel Collection disponible en France : une série limitée créée par l’artiste bruxellois Denis Meyers. Premier artiste à participer à la Duvel Collection en France, Denis Meyers a créé un verre coloré et graphique, orné de motifs, de visages, de couleurs puisées dans le monde urbain, l’une de ses sources d’inspiration.

D’un point de vue marketing et communication, l’association d’une marque avec un artiste est souvent pertinent et générateur de valeur. Comme le souligne Martin Riley, directeur du marketing de Pernod Ricard dans Challenges : « La créativité sera le grand champ de bataille des marques. Et pour créer des images fortes qui engendrent le lien, les artistes sont les meilleurs. »

A ce propos, j’ai déjà cité d’autres exemples pertinents parmi les marques d’alcool : Veuve Clicquot, mais aussi Perrier-Jouët -relire ma note Perrier-Jouët et Barbro Andersson, et l’amateur devient collectionneur-, Pommery -relire ma note L’Emprise du Lieu, superbe incursion de l’Art dans l’univers du champagne- ou encore Ballantine’s -relire ma note Ballantine’s, l’oeuvre d’art comme support de communication différenciant.

C’est le cas aussi ici : depuis toujours, Duvel traduit son affection particulière pour les arts et le design en accompagnant des événements internationaux dans tous les domaines artistiques. Avec sa collection de verres, Duvel relie la bière et l’art pour apprécier la dégustation dans les règles de l’art !

Duvel_Col_Denis_Meyer_plein

LIRE LA SUITE
Absolut Vodka et Stella Artois : l’esprit rétro est en nous !

Je m’en faisais l’écho sur notre page Facebook : le lancement en septembre dernier du film buzz de l’été ‘LEMON DROP’ par Absolut Vodka / www.lemondrop-movie.com avec un dispositif viral centré sur sa fan-page au plus de 540 000 fans.

Ce film de 10 min (featuring Ali Larter) dans l’esprit série B à la sauce Kill Bill / Tarantino bien décalée propose une belle direction artistique sur ce crédo ‘She’s sweet > She’s sour’ et un pitch à la mesure : « When her beloved kittens are mysteriously taken from her, this sweet girl next door …will turn sour doing whatever it takes to track them down. With Lemon Drop on the case, SWEET NEVER HURT SO GOOD. »

Comme je l’avais relevé dans l’étude du palmarès du Grand Prix de la Publicité à Cannes (relire ma note Créativité publicitaire dans les spiritueux et les bières à ce sujet), les campagnes et les films se destinent à des programmes de plus en plus centrés sur la caisse de résonance des réseaux sociaux (Cf le phénomène Old Spice Guy : ‘la série publicitaire qui révolutionne le marketing viral’).

Dans la même veine rétro, je vous engage vivement à visionner l’excellent et nouveau film court de la série ‘She is a Thing of Beauty‘ réalisé par Wes Anderson & Roman Coppola pour Stella Artois. Ce territoire vintage 60′ déjà préempté par la marque de bière (lire notre ma sur Le Recyclage de Luxe Show et voir le film hommage à la Nouvelle Vague « Claude vs. Pierre« ) connaît donc ici un nouvel opus assez magistral. Enjoy!

LIRE LA SUITE
Créativité publicitaire dans les spiritueux et les bières. Et les vins ?

SOWINE_lions

Comme chaque année, je profite du Grand Prix de la Publicité à Cannes pour vous proposer un panorama de la créativité publicitaire dans les alcools. Pour référence, retrouvez nos commentaires des éditions : 2007, 2008 et 2009.

Cette année encore, les bières tiennent le haut du pavé.

> Lion d’or pour le film publicitaire de la marque Victoria Bitter de Foster’s avec son défilé loufoque célébrant tous les types d’Australiens buveurs de VB, et les groupes auxquels ils appartiennent, comme les « hommes qui devraient avoir
lu les instructions » et naturellement les
« brasseurs » de la plus haute importance…

> Lion d’argent pour la saga Bud Light avec ses films hilarants sur le thème « pas trop lourd / pas trop léger… juste ce qu’il faut… »

> Lion de bronze pour les films Dos Equis qui s’appuient sur un personnage haut en couleurs : l’homme le plus intéressant dans le monde [The Most Interesting Man in the World = MIM], une figure sophistiquée dans des
costumes à la Hemingway naviguant dans des lieux exotiques et
intrigants qui engage les consommateurs à
vivre une vie plus trépidante !

> Lion de bronze pour le délicieux film Stella Artois Légère et son histoire de bateau pirate en papier.

> Moins attractifs selon moi, les spots de la bière australienne Tooheys New et le film « toast mondial » pour l’anniversaire des 250 ans de Guinness (lire aussi ma note ici) récompensés eux aussi par un Lion de bronze.

Autre faits marquants en hors-média/campagnes d’activation :

> l’initiative argentine Andes Teletransporter ou « Comment faire croire à votre copine/femme que
vous n’êtes pas en soirée ? » couronnée d’un Grand Prix.

> la très remarquable opération Auditorium pour Heineken en Italie à l’occasion du match de coupe UEFA Real Madrid vs AC Milan – voir le film détaillant l’opération ici – récompensée d’un Lion d’or.

> le programme très complet « 6 Beers of Separation » pour l’australienne Tooheys Extra Dry, Lion de bronze.

> et toujours pour Heineken en Italie, la campagne « Beer Gloss« , également Lion de bronze.

Dans cette année de vache maigre pour la catégorie ‘Alcoholic Drinks‘, seules les bières ont droit de cité : aucune marque de spiritueux au classement, à l’exception du site imheremovie.com et de l’excellent film I’M HERE pour Absolut qui tiennent surtout à la participation de Spike Jonze.

Quant aux vins, ils sont toujours les grands absents et parents pauvres du festival. Seule la catégorie ‘Design’, permet au projet  »The Vigneron Centenary Wine » de placer le mot ‘wine’ au palmarès

Il est par ailleurs intéressant de noter que la plupart des dispositifs récompensés valorisent certes leur dimension créative mais également leur caisse de résonance multicanale. Comme si l’unité de valeur parfois subjective d’appréciation s’était déplacée sur une unité d’appréciation plus objective : la viralité d’une campagne, mesurée par le nombre de commentaires/reprises sur les blogs, forums, facebook, youtube/dailymotion, – laquelle viralité est bien sûr très corrélée au storytelling. A quand le prix de la campagne la plus twittée ?

Je suis d’ailleurs convaincue que nombre des programmes attendus au palmarès en 2011 seront de plus en plus interconnectés avec les réseaux sociaux…

LIRE LA SUITE
Le « Recyclage de Luxe Show » par Stella Artois

Connue pour ses campagnes de publicité innovantes et pleines d’humour, la marque de bière Stella Artois a lancé il y a quelques semaines sa nouvelle campagne : « Le Recyclage de Luxe Show ».

Le principe : un show télévisuel fictif qui prend la forme d’une série de films kitsch, rétro, reflétant les années 1960. Tous les ingrédients y sont réunis pour créer le spectacle : un humour très second degré, un présentateur très frenchie donnant des informations sur les actions de la marque en faveur de l’environnement, de la musique avec le groupe Florence and the Machine, un public féminin survolté, des animatrices élégantes… et bien sûr de la bière, même si celle-ci n’est pas la star des vidéos.

Je trouve ces spots publicitaires particulièrement efficaces : totalement décalés, on y retrouve les mêmes  ingrédients qui avaient fait recette avec la projection de 3 petits films (Smooth originals) lors de la publication des lauréats de Cannes en 2009 : décors sixties, effet rétro … Une vraie réussite !

L’objectif de la campagne est aussi, pour le brasseur, de faire découvrir ses engagements en matière de développement durable : recyclage des déchets, pack biodégradable, recyclage du verre, du papier, de l’aluminium et autres actions à retrouver sur le site internet de la marque.

« Le Recyclage de Luxe Show » conforte ma vision de Stella Artois : une marque qui sait communiquer de manière originale, capable à chaque occasion de surprendre et de créer la différenciations vs d’autres marques de bière qui privilégient une communication plus classique.

LIRE LA SUITE
Guinness : Bring it to life ou NoitulovE ?

Fidèle à son habitude, la bière Guinness dévoile son nouveau spot de publicité. Grandiose, comme toujours, impressionnant dans sa réalisation et les moyens mis en œuvre, comme chaque fois, la marque raconte une histoire et cherche à créer l’émotion.

Cette fois pourtant, et en regardant à nouveau d’autres spots Guinness du même acabit -lire mes notes à ce sujet ici, ici et ici-, je reste sur ma faim. Certes, on me raconte une jolie histoire ; certes, le publicitaire met les moyens pour faire vibrer en moi ma fibre écolo sur le thème : « si tout le monde s’y met, l’homme peut sauver la planète » ; certes, la photo est belle et la réalisation parfaite. Mais cette débauche de moyens me met mal à l’aise. Et quid du rapport entre le message -unissons nos forces pour sauver la planète- et le buveur de bière ?

Du coup j’ai envie de vous inviter à (re)voir le film « Good Things come to those who wait » -NoitulovE-, lauréat du Grand Prix à Cannes en 2006…


NB : J’en profite pour saluer, a posteriori, l’excellente initiative RP de Guinness qui, pour fêter les 250 ans de la marque en septembre dernier, a invité ses consommateurs à lever leur verre partout dans le monde à 17h59 -référence à l’année 1759. Pour plus de détails, lire les nombreuses retombées presse sur le sujet comme ici.

LIRE LA SUITE
Desperado s’expose au Palais de Tokyo

SOWINE_DESPERADO Une initiative que je trouve particulièrement intéressante : du 11 au 14 novembre, la marque du groupe Heineken Desperado s’installera sur la Mezzanine du Palais de Tokyo à Paris.

Pour l’occasion, 30 magazines (dont Les Inrocks) ont revisité la signature de la campagne média « Imagine » de la marque, et les artistes du collectif le « 9ème Concept » proposent leur regard sur les bouteilles hors série de Desperados. Ils animeront en parallèle des ateliers de performances live.

En visiteuse assidue du Palais de Tokyo, j’irai bien entendu voir l’exposition, curieuse de découvrir comment publicité et alcool s’affichent ici pour se mettre au service de l’art contemporain.

Marques d’alcool et art contemporain, lire aussi mes notes à ce sujet ici, ici, ici et ici.

LIRE LA SUITE
Créativité et efficacité publicitaires dans les alcools

SOWINE_CannesLions

Tandis que Vinexpo battait son plein, une autre grande ‘messe’ internationale se tenait : le Grand Prix de la Publicité à Cannes avec sa remise de Lions et autres Grand Prix.

Comme nous avons eu l’occasion de le constater déjà les années précédentes, le niveau de la créativité publicitaire sur les alcools en général s’est avéré très décevant. Je vous engage à lire ou relire ma note sur le palmarès de l’édition 2007 et le bilan similaire de 2008 : création publicitaire toujours en berne pour les vins et les alcools.

Comme de coutume, seules les bières tirent leur épingle du jeu… Aucune récompense pour les spiritueux et bien sûr pas de droit de cité pour les vins ou les champagnes.

Bilan : un Lion d’or et un film assez drôle pour la bière australienne Boag’s Draught.

Comme nous l’avions prophétisé dans la note ‘Publicité dans les alcools : Heineken sort du placard‘, l’excellent film WALK-IN FRIDGE reçoit un Lion d’argent.

Lion d’argent aussi pour les trois films satiriques de la bière argentine Norte qui me laisse pourtant sur ma soif.

Outre les films publicitaires, le festival célèbre également les autres supports et médias. Là aussi la bière domine largement les débats.

Dans la section promo, un Lion d’or très mérité pour l’excellent programme TED696 dédié à la bière australienne Tooheys Extra Dry.

TED696

A signaler une campagne web astucieuse et fort réussie pour la bière Zoogami, avec un principe d’agrégation automatique de contenu images et vidéos très intéressant même si le temps de chargement pénalise beaucoup l’expérience. Retrouvez le ‘pitch’ ici.

Seule incursion des vins au palmarès, la section Design Lions qui récompense par un Lion d’or le beau travail design packaging de l’agence Jung Von Matt sur les vins autrichiens Gut Oggau.

EduardTscheppe

Nous aurons l’occasion de revenir sur le sujet du pack et des étiquettes dans le domaine des vins et spiritueux qui constituent le seul territoire d’expression où la créativité graphique s’exprime effectivement.

Pour le reste, et même si l’univers des alcools est un terrain de communication sous contraintes (ce qui est plutôt favorable à la créativité comme l’a prouvé Georges Perec – lire aussi mes notes ici et ici), je m’étonne toujours de trouver si peu de communications forte, efficace et même pertinente – en particulier dans les champagnes – sujet qui m’est particulièrement cher – et magnifique territoire d’expression pour un marketing créatif et assumant sa différence. Timidité des annonceurs au conservatisme assumé ?

LIRE LA SUITE
Heineken Walking Fridge : l’art de la créativité publicitaire

Après l’excellent film publicitaire Heineken Walk in Fridge que je vous présentais ici, voici la suite : Heineken Walking Fridge. Drôle, impactant, efficace.

LIRE LA SUITE